Véronique Brière

Université Paris 8-Arts, Philosophie, Esthétique ; Université Bretagne Occidentale, Lettres Sciences Humaines, Licence Arts

Adresse mail: veronique.briere1@ac-rennes.fr

Page personnelle

Agrégée de philosophie, enseigne dans le secondaire et à l’université — actuellement chargée de cours à Paris 8—Saint Denis et à l’Université de Bretagne Occidentale, Brest. Après un doctorat consacré aux catégories d’Aristote, en 2006 à Paris 10—Nanterre (“Des Catégories aux catégories : une étude de la problématique catégoriale dans l’œuvre d’Aristote”) et plusieurs années d’enseignement en philosophie ancienne (Université de Reims, Nice Sophia-Antipolis, Paris 10—Nanterre), je me suis plus particulièrement intéressée à la philosophie de l’art et à l’esthétique, en travaillant avec des étudiants de Classe d’Approfondissement en Arts plastiques (CAAP Lycée Gustave Eiffel, Gagny) et des étudiants préparant l’agrégation externe d’arts plastiques à l’Université de Paris 8—Saint-Denis. J’interviens depuis cette année à l’Université de Bretagne Occidentale, à Brest, pour la nouvelle Licence Arts.

Orientation méthodologique

Mon intérêt pour l’analyse du discours est lié à un parcours qui m’a fait d’abord tenir ensemble longtemps études universitaires de littérature et de philosophie, et à une volonté de ne pas séparer radicalement les deux démarches — ce qui impliquait d’abord de reconnaître que le discours philosophique lui-même est constitué d’une textualité et travaillé de processus de fabrication ou d’une créativité conceptuelle autant que des jeux de formulations/reformulations qui interdisent de séparer les contenus doctrinaux, les « idées », des jeux de leur écriture localisée. Travailler sur les catégories d’Aristote, à la fois comme objet doctrinal qui a lesté toute la tradition, et comme « texte » dont les titres et l’objet et les limites mêmes ont si longtemps été sujets à commentaires, a engagé un exercice d’installation et de saisie à leur racine de quelques-uns des instruments de distinction qui structurent le logos philosophique occidental, la langue de l’ontologie, et où se trouve donc en partie solidifiée aussi la séparation des discours selon leur finalité, leur forme, leur manière de signifier (rhétorique, dialectique, poétique, métaphysique, physique, etc.), la thématisation de la distinction entre les modalités du signifier, du dire et du nommer, autant que la prise en compte de différents régimes d’effets de la puissance sémantique du langage. Il s’est agi de lire Aristote après Derrida, autant que Deleuze et Guattari, bien sûr, à partir du point même d’une mise en question des cristallisations devenues points de capitons de la philosophie, et à partir d’un renouveau de la lecture des problématiques de la sophistique. Depuis quelques années, le travail dans le champ de l’esthétique m’incite à développer une réflexion sur les différents régimes de la fiction, sur l’articulation entre perception, activité herméneutique, et figures du sens au croisement d’une analyse renouvelée de la Poétique d’Aristote et des analyses de Jacques Rancière, appliquées aux divers dispositifs de l’art contemporain.

Publications et directions d’ouvrage

“L’invention des catégories chez Aristote : éléments pour penser la fabrication des concepts”, dans Les concepts philosophiques. Production, essaimages, recontextualisations, Frédéric Cossutta (éd.), Limoges, Lambert-Lucas, “Le Discours philosophique”. (à paraître)

Qu’est-ce qu’une catégorie ? Interprétations d’Aristote (en collaboration avec Juliette Lemaire), Louvain La Neuve, Peeters (2019).

« Catégorie et enjeu du skhêma dans les Réfutations Sophistiques », dans Qu’est-ce qu’une catégorie ? Interprétations d’Aristote (en collaboration avec Juliette Lemaire), Louvain La Neuve, Peeters (2019).

Cent fiches pour aborder la philosophie, (Collectif) Bréal édition, (2000) 2011.

Index notionnel de Par-delà le Bien et le Mal, F. Nietzsche, traduction Henri Albert, revue par Marc Sautet, Livre de Poche Classiques de la philosophie (1991) 2000.