Séminaire 2017-2018

La voix de son maître

Affiliations et démarcations dans les écritures philosophiques

Sous la formule : « La voix de son maître », nous nous proposons de travailler sur les mécanismes langagiers grâce auxquels une doctrine/œuvre philosophique s’instaure dans l’ordre du discours en se positionnant par rapport à d’autres univers doctrinaux préconstitués qui lui sont contemporains ou se trouvent fixés dans l’archive historique de la philosophie. Nous avons catégorisé de la façon la plus large possible, et peut-être de façon un peu trop vague, ces phénomènes, en utilisant le couple de notions indissociables d’affiliation/démarcation, pour ne pas anticiper sur les résultats des investigations à venir.

Ces philosophies, une fois qu’elles ont accédé à une visibilité et sont reconnues, font école, se transmettent, donnent lieu à de nouvelles relations d’adhésion, de démarcation qui forgent à la fois des continuités d’école philosophique et des ruptures d’où émergent de nouvelles identités doctrinales. Là encore il faudra être sensible à la façon dont les écritures de disciple travaillent de l’intérieur un corps doctrinal, le paraphrasent, le redéploient, parfois à travers de nouveaux modes d’exposition, mais aussi l’expliquent, le commentent, s’en décalent ou le critiquent. À côté de celui qui se réapproprie la parole du maître pour la reformuler ou la rendre productive, qui parfois l’institue par l’écrit lorsque ce dernier n’a rien écrit, d’autres se contentent de la répéter, ou comme c’est le cas chez certains épigones, de l’imiter. Le pastiche, la parodie, représentent de leur côté autant de formes qui subvertissent les textes qu’elles investissent, alors que l’écriture apocryphe en subvertit l’identité auctoriale.

La difficulté consiste à tenir ensemble les aspects textuels et contextuels, l’idée n’étant pas de faire une approche sociologique ni psychologique des rapports qu’entretiennent les philosophes entre eux dans une relation effective au sein d’institutions et de situations objectivables, même si on ne peut les ignorer, mais de comprendre comment dans les textes ces rapports sont mis en scène, se voient reconfigurés, avec pour effet de modifier à leur tour les conditions effectives d’exercice de la philosophie.

Ces mécanismes doivent être explorés dans leur complexité, ils sont énonciatifs, pragmatiques, rhétoriques ou stylistiques, et pour en rendre compte il faudra varier les époques, les écoles et les univers doctrinaux en conduisant à la fois des études fines des processus de démarcation/affiliation, sans s’interdire des approches d’ensemble à valeur typologique. (Frédéric Cossutta)

Exposés

Charlotte Thevenet, « L’héritage spectrale de Sartre à Derrida » (commentaire d’un article de Derrida paru dans Les Temps modernes à l’occasion de leur cinquantième anniversaire : « “Il courait mort” : salut, salut. Notes pour un courrier aux Temps modernes », Les Temps Modernes, n°587 mars, avril, mai 1996, p.7-54 ; republié dans Les Temps Modernes, n°629).

Frédéric Cossutta, « La voix de son maître », en deux parties : I) Considérations générales sur la question des affiliations démarcations et des écritures de disciple II) Approche typologique des formes génériques d’affiliation/démarcation : les écritures de disciple.

Bruno Clément, « La question de l’hypotypose, analyse d’un passage des Esquisses pyrrhoniennes de Sextus Empiricus ».

Alain Lhomme, « Étude des traces d’affiliation/démarcage dans l’“Introduction” à la Phénoménologie de l’esprit de Hegel ».