Pascale Delormas

Université Paris-Est/Céditec

Adresse électronique: pascale.delormas@orange.fr

Les travaux de Pascale Delormas renvoient à la fabrique des savoirs et des croyances et aux interactions des représentations. Elle s’intéresse à la circulation et à l’interpénétration des discours et au processus de légitimation institutionnelle selon lequel les identités discursives se construisent dans les champs de la littérature et de la philosophie — et en particulier celle de Jean-Jacques Rousseau. La citation et le concept dans les textes philosophiques sont deux objets qu’elle privilégie également parce qu’ils participent l’un comme l’autre de pratiques de référenciation liées à la reconnaissance nécessaire de l’activité doctrinale.

Publications et directions d’ouvrages relevant de l’analyse du discours philosophique

Monographie

De l’autobiographie à la mise en scène de soi. Le cas Rousseau, Limoges, Lambert-Lucas.

Dans la perspective de l’analyse de discours, en s’efforçant d’articuler image de soi, fonctionnements textuels et institutionnels, ce livre cherche à modifier la représentation conventionnelle selon laquelle les écrits autobiographiques de Rousseau dévoileraient l’intimité du philosophe. Il s’attache à montrer que, loin d’être le lieu d’une quelconque expression de soi, les Confessions, les Dialogues et les Rêveries soutiennent la légende d’un auteur conscient de la nécessité de contrôler la postérité de son nom à travers la mise en scène d’une figure hors norme. Les trois écrits répètent le même argumentaire selon des configurations toujours nouvelles. Qu’ils s’appuient sur les réminiscences d’un je de mémoire ou sur le dialogue avec un personnage, ils ne prétendent pas tant à rendre compte de la recherche d’un “temps perdu” qu’à transcender toute temporalité. Au-delà de l’autocélébration, se détachant de la fonction ancillaire de vie de philosophe, ils aspirent à être lus comme œuvres à part entière.

Co-direction d’ouvrage

La vie à l’œuvre. Le biographique dans le discours philosophique, en collaboration avec Frédéric Cossutta et Dominique Maingueneau, Limoges, Lambert-Lucas, “Le Discours philosophique”, 2012.

Articles

« L’image de soi dans les ‘autographies’ de Rousseau », Argumentation et Analyse du Discours [En ligne], 1 | 2008, mis en ligne le 18 septembre 2008, consulté le 10 avril 2018. DOI : 10.4000/aad.311

Dans ses autographies, Rousseau réitère sa plainte en vue de défendre son image : il met en œuvre les différentes catégories aristotéliciennes de l’éloquence — épidictique, judiciaire et délibératif. Elles peuvent être envisagées selon une approche dialogique comme autant de réponses à des jugements contemporains. Ainsi, l’auteur est-il confronté à la nécessité de prendre en considération l’ethos préalable pour éviter tout discrédit et, dans une perspective éditoriale, il doit apparaître comme un philosophe détaché de toute contingence. Pour montrer comment la force persuasive de l’ethos discursif s’exerce sur le lecteur des trois autographies de Rousseau, nous montrons que l’ethos effectif naît d’ethè variés qui s’articulent : l’ethos du rhéteur, l’ethos du philosophe tel que le rhéteur le met en scène, l’ethos de l’auteur issu de ces ethè contradictoires, l’ethos du philosophe tel qu’il est perçu dans la manière même de l’écriture du texte. En distinguant l’ethos montré de l’ethos représenté, nous faisons apparaître que les autographies sont un moyen de positionnement et que l’ethos montré du philosophe des Rêveries, en complétant un ethos représenté dans les deux premières autographies, reflète une progression dans l’entreprise de promotion de soi. La troisième autographie de Rousseau est celle qui, tout en prétendant faire œuvre, y parvient le mieux.

« Auteur et interdiscours. Le cas de l’autographie », dans Emediato W., Machado I. L. et Mello R. (dir.), Emoções, ethos e argumentação, Anais do III Simpósio Internacional sobre Análise do Discurso, Universidade Federal de Minas Gerais, Belo Horizonte, CDRom, 2008.

Nous nous proposons d’interroger, par l’approche de l’analyse de discours, un cas de manifestation interdiscursive particulièrement intéressant : la catégorie discursive des écrits de soi. Généralement classés dans le « genre littéraire de l’autobiographie », ces écrits changent radicalement de statut dès lors que l’on prend en considération l’interdiscours dans lequel ils sont pris. Dans les salons du 18ème siècle comme dans le champ littéraire dès le 19ème siècle, ils apparaissent comme un mode de positionnement dans la communauté discursive dans laquelle évolue leur auteur. Nous nous appuyons sur le cas de Jean-Jacques Rousseau pour montrer que les traces des genres routiniers et des genres mineurs auxquels ses écrits « autographiques » empruntent (factum à visée judiciaire, dialogue et méditation à visée didactique, promenade, vie de philosophe) sont les indices d’un dialogisme prégnant, en phase avec une époque et en relation directe avec un public. Soutenant la notion culturelle d’individualité, l’écriture autobiographique est devenue le lieu de l’expression de l’intime. En outre, promue dans les programmes officiels, elle constitue un enjeu culturel et éducatif suffisamment important pour qu’elle soit une compétence évaluée en France des études primaires à la fin des études secondaires : l’institution scolaire incite à la pratique d’une grande variété de formes d’expression à la première personne, qu’il s’agisse d’écriture « intermédiaire », de manifestation du jugement personnel ou de la maîtrise de la langue.

« Reconditionnement énonciatif et reconfiguration discursive dans les discours de la mise en scène de soi : l’exemple des autographies de Jean-Jacques Rousseau », dans Durand J., Habert B. & Laks B. (éd.), Actes du congrès Mondial de Linguistique Française, Paris, Institut de Linguistique Française, 2008.

Les notions de reconditionnement énonciatif et de reconfiguration discursive permettent de rendre compte de la participation à l’interdiscours : elles renvoient à l’acte volontaire de reformulation d’un même propos orienté vers un objectif communicationnel, le premier terme entretenant une relation de cause à effet avec le second. Dès lors que l’autographie est envisagée comme un discours de mise en scène de soi, elle réclame une approche fort éloignée d’une conception romantique de l’expression de l’intime. L’aborder comme une configuration rend justice à la notion développée par Paul Ricœur (1983) dans le cadre pragmatique de l’interaction verbale. Il s’agira de décrire les enjeux de l’autographie et de prendre en considération l’illusion biographique entretenue comme le résultat d’un “ensemble d’instructions que le lecteur ou le public exécutent de façon passive ou créatrice”. L’acte de configuration étant autant un acte de production- schématisation que de lecture-interprétation, l’analyste de discours cherche à débusquer dans l’énoncé les procédés qui forcent la conviction. 
Je me propose d’illustrer mon propos par l’ensemble que constituent les trois autographies de Rousseau. Les envisager comme des configurations discursives d’un même propos liées à un reconditionnement énonciatif revient à s’opposer à la conception romantique de l’expression d’un moi polymorphe. Pour l’analyste du discours, le caractère répétitif des Confessions, des Dialogues et des Rêveries indique clairement la volonté d’un positionnement dans le champ discursif. Ils sont le témoignage d’une identité énonciative ouverte qui se maintient à travers l’interdiscours par un travail incessant de reconfiguration. Pour mener l’analyse de leur spécificité discursive, trois niveaux d’énonciation étroitement liés sont considérés : le dialogisme interdiscursif qui mobilise des références génériques, les marques linguistiques de l’énonciation, et enfin les modalités de prise en charge du discours rapporté.

“République des lettres et positionnement paratopique de Jean-Jacques Rousseau”, dans Moreira de C. M. et Garcia Ferreira Catharina P. P. (coord.), Cenas da Literatura Moderna, Rio de Janeiro, Édition 7 Letras, 2010, p. 19-41.

Les « philosophes » des Lumières constituent un bon exemple de la naissance et de l’organisation d’une communauté discursive, notion qui permet de caractériser les locuteurs relevant de positionnements concurrents dans un même champ. Le propre d’une communauté discursive est que ses membres se disputent un même territoire symbolique par la production et la diffusion de discours. Ainsi, les différentes écoles ou les courants qui s’affrontent, explicitement ou non, dans une certaine conjoncture, constituent-ils un champ discursif dans lequel il s’agit de détenir le maximum de légitimité énonciative. Nous montrerons en appréhendant ses discours autobiographiques comme des actes de positionnement comment Jean-Jacques Rousseau trouve place dans cette République des Lettres, laquelle se trouve elle- même dans une relation au pouvoir et à l’aristocratie dont il faut tenir compte.

« Les Confessions disent-elles quelque chose de Rousseau ? », dans Frédéric Cossutta, Pascale Delormas et Dominique Maingueneau La vie à l’œuvre. Le biographique dans le discours philosophique, Limoges, Lambert-Lucas, “Le Discours philosophique”, 2012, p. 71-86.

Les Confessions disent-elles quelque chose de Rousseau ? La question peut sembler incongrue parce que, pour les uns, elle n’a pas d’intérêt : c’est l’œuvre philosophique qui compte et seulement elle, et pour les autres, c’est une évidence, l’œuvre reposant sur la sincérité, les Confessions diraient forcément quelque chose de la personne de l’auteur. Nous nous inscrivons dans la perspective de l’analyse du discours et mettons en œuvre les outils de la pragmatique et particulièrement la théorie des actes de langage, issue des recherches de J.L. Austin, prolongée par J.R. Searle, sur la dimension illocutoire du langage, sur ce que l’on fait en parlant, en l’occurrence, en écrivant.

« Un cas particulier d’interdiscursivité: l’autocitation dans l’auto/bio/graphie de philosophe », dans Lorda Mur C. U. (coord.), Polifonía e intertextualidad en el diálogo, Madrid, Oralia, Anejos 6, 2012, p. 83-95.

J’ai tenté de montrer la complexité du discours rapporté spécifique qu’est l’autocitation en articulant l’analyse de procédés langagiers au niveau micro-textuel à celle de l’interdiscours au niveau macro-textuel. L’autocitation est supposée réaffirmer le point de vue de l’auteur, mais, dans le cas de l’autographie de philosophe, elle questionne la notion d’auctorialité. Le réinvestissement d’énoncés détachables — citations d’autrui comme ses propres paroles — participe de la circulation des paroles et de la constitution de l’archive, dans laquelle celui-ci s’inscrit.

« Du concept au concetto. Manifestation discursive de la rupture ontologique dans De l’existence à l’existant de Levinas », dans Río Aguilar J. I. Cadet L., Muller C., Rivière V. (dir.), L’enseignant et le chercheur au cœur des discours, des textes et des actions, Mélanges offerts à Francine Cicurel, Paris, Riveneuve Éditions, 2016, p. 55-71.

Nous cherchons à montrer comment Levinas, soutenant une pensée de la rupture avec la tradition heideggérienne, manifeste la nécessité de l’évitement du concept dans De l’existence à l’existant, manifeste exemplaire de cette position intransigeante, que le philosophe tendra à abandonner par la suite. À travers l’observation de l’interdiscours (textes des commentateurs de la doctrine du phénoménologue) et à travers l’analyse de l’intertexte (nombreuses références littéraires — Blanchot, Rimbaud, Gontcharoff) et des modalités énonciatives mises en œuvre (méthode de concrétisation, approximations sémantiques, structure syntaxique éclatée), nous observons comment le phénoménologue articule le Dire et le Dit pour venir à bout de l’aporie qui consiste à écrire un texte philosophique tout en revendiquant la nécessité d’échapper à la contrainte conceptuelle, alors que celle-ci participe des attentes de la communauté discursive dans laquelle il évolue. Dans une dernière phase de l’analyse nous proposons une ouverture d’ordre anthropologique : reconnaître que la pensée philosophique relève de pratiques socialement et historiquement situées permet d’admettre que l’expression de la pensée levinassienne relève d’une esthétique du concetto, éloignée de la signification contemporaine que revêt le terme allemand de Begriff ou celui de “concept”, dans la culture française.

« Citation, type et genre de discours », dans Vladirmirska E. et Ponchon T. (dir.), Dire l’autre, voir autrui. L’altérité dans la langue et les discours, Paris, L’Harmattan, “Sémantiques”, 2016.

Il s’agit d’approcher la diversité des modes de citation attachés aux différents types et genres de discours selon une approche d’analyse du discours. La méthodologie mise en œuvre s’appuie sur les outils de la grammaire énonciative. Pour cette analyse des pratiques discursives nous nous référons à des exemples issus de domaines aussi divers que la didactique, la presse et la philosophie. En dépit de leurs spécificités, les anthologies scolaires, le magazine féminin Rose et l’essai de Derrida, Éperons, que nous examinons ici, permettent la généralisation de certaines conclusions.

« De la plume à l’herbe. Les promenades de Rousseau, métaphores d’un positionnement discursif », dans M. Merino García, M. Ledesma Pedraz, E. Medina Arjona, M. Olivares Palacios, Ma J. Sueza Espejo, Ma L. Torre Montes, L’appréciation langagière de la Nature : le naturel, le texte et l’artifice, Jaen, Université de Jaen, 2017, p. 99-104

Il s’agit de montrer que le choix d’écrire une autobiographie en investissant massivement le topos du locus aemenus traduit un positionnement dans la communauté discursive dans laquelle un auteur s’inscrit. Nous illustrons cette proposition par le cas des Rêveries de Jean-Jacques Rousseau. Nous proposons d’en faire une analyse discursive qui prend en compte les instances de l’écrivain, de l’homme et du scripteur — subsumées sous le terme d’auteur — et les dispositifs énonciatifs investis pour une visibilité accrue dans le monde des philosophes des Lumières. Le contexte culturel et l’interdiscours dont les Rêveries émergent autorisent qu’on les appréhende comme un acte de parole manifestaire fondé sur la métaphore de la nature et le détournement de la catégorie générique de la promenade liée à des pratiques sociales et discursives.

« Le concept, un intraduisible ? L’exemple de De l’existence à l’existant de Levinas », dans F. Cossutta (éd.), La fabrique du concept en philosophie, Limoges, Lambert-Lucas, « Le Discours philosophique », à paraître.

Nous cherchons à montrer comment s’exprime dans un texte de Levinas peu commenté, De l’existence à l’existant, l’aporie concernant le statut du concept que décrivent aussi bien la phénoménologie que la philosophie analytique. Ce texte, qui compte parmi les premiers qu’il ait écrit, soutient une position intransigeante que le philosophe cherchera à nuancer par la suite. L’examen des choix langagiers mis en œuvre pour dire le refus radical de l’ontologie et la nécessité absolue de l’évitement du concept nous ont conduite à envisager une double filiation à cette pensée de la rupture. Elle autorise en effet à interroger à nouveaux frais l’usage du concept en philosophie en mobilisant l’expression ancienne de concetto et en tenant compte de l’influence des études hébraïques dans lesquelles Levinas était impliqué.

Organisation de rencontres scientifiques

  • (avec Frédéric Cossutta) « Analyse du discours et philosophie », Journée d’étude du Céditec, 2 juin 2006.
  • (avec F. Cossutta) «Le concept dans le discours philosophique », Journée d’étude du Céditec (GradPhi), 2 juin 2016.