Dominique Maingueneau

UFR de Langue française, Sorbonne Université.

Adresse mail: dominique.maingueneau@paris-sorbonne.fr

Site personnel

Benozzo Gozzoli, Le Triomphe de Saint Thomas d’Aquin (Musée du Louvre). Photo (détail): (C) RMN-Grand Palais / Gérard Blot / Christian Jean

Perspective de recherche

L’approche du texte philosophique que je mène s’inscrit dans une perspective d’analyse du discours, qui s’efforce de subvertir la relation entre texte et contexte. L’accent est ainsi mis sur les problématiques de l’énonciation : en particulier à travers les notions de genre de discours et de scène d’énonciation.

Appréhender la philosophie comme discours, c’est aussi se refuser à y voir une activité incommensurable à toute autre. Mais l’inscrire dans l’ensemble des pratiques discursives d’une société ne signifie pas qu’il faille l’y dissoudre : pour comprendre sa spécificité, il est utile en particulier de la situer parmi les discours constituants. Ces derniers se définissent par la position qu’ils occupent dans l’interdiscours ; n’ayant pas de discours sur lesquels s’appuyer, ils ne peuvent s’autoriser que d’eux-mêmes. Discours qui donnent sens aux actes de la collectivité, garants des multiples autres, ce sont à la fois des paroles parmi d’autres et des paroles qui se prétendent en surplomb de toute autre. Discours limites, placés sur une limite et traitant de la limite, ils doivent gérer dans leur énonciation même les paradoxes qu’implique ce statut. Une analyse de la « constitution » des discours constituants doit placer au centre une activité énonciative qui ne fait qu’un avec la manière dont elle gère sa propre émergence. À travers les opérations par lesquelles s’institue le discours philosophique, s’articulent l’organisation textuelle et l’organisation institutionnelle que tout à la fois il présuppose et structure.

Le discours philosophique n’est donc pas réductible à un corpus de textes ; on peut le concevoir à la fois

  • comme un réseau d’appareils où des individus peuvent être institués en producteurs et en publics de la philosophie (en particulier dans l’espace scolaire), où sont stabilisées et garanties des positions institutionnelles de créateurs et de diffuseurs (enseignants, éditeurs, journalistes, …), où certains genres de discours sont reconnus comme philosophiques, où il existe des processus de canonisation (à travers des manuels, des anthologies, des numéros spéciaux de magazines ou des émissions consacrés à tel courant, telle période, tel auteur, voire tel concept…);
  • comme un champ, où s’affrontent des positionnements doctrinaux qui investissent de manière spécifique les genres de discours et les langues. Une doctrine philosophique ne fait qu’un avec la gestion de ses frontières;
  • comme une archive : il n’est de positionnement que plongé dans une mémoire, elle-même prise dans les conflits du champ, qui ne cessent de la retravailler. L’archive de la philosophie occidentale est particulièrement ancienne et dense : plus de 25 siècles de textes étroitement articulés les uns sur les autres à travers lesquels chaque philosophie nouvelle doit définir un trajet spécifique.

Publications relevant de l’analyse du discours philosophique

Articles et contributions dans des ouvrages collectifs

« L’Analyse des discours constituants » (en collaboration avec Frédéric Cossutta), Langages  n° 117, mars 1995, p. 112-125

« Le discours philosophique comme institution discursive », Langages n° 119, 1995, p. 40-62

« Ethos et argumentation philosophique : le cas du Discours de la méthode », in Descartes  et l’argumentation  philosophique,  Frédéric Cossutta (éd.), Paris, PUF, 1996, p. 85-110.

« “Le possible et le réel” de Bergson : quel genre de texte ? »,  in Lire Bergson : « Le possible et le réel »,  Frédéric Cossutta (éd.), Librairie du Collège international de philosophie, Paris, PUF, 1998, p. 29-47.

« Texte philosophique, énonciation et institution », in Encyclopédie Philosophique Universelle,  tome IV, Le discours  philosophique, Paris, PUF, 1998, p. 1810-1820.

« L’analyse des discours constituants », in Fundamentos e dimensoes da analise do discurso, Hugo Mari et al. (eds), Carol Borges, Belo Orizonte, Brésil, 1999, p. 45-59.

« Analysing self-constituting discourses », Discourse studies, Sage, London, vol. 1, 2, avril 1999, p. 175-200.

« Les deux ordres de contraintes de la polémique », in La polémique en philosophie, Magid Ali Bouacha et Frédéric Cossutta (éd.), collection « Figures libres », Éditions Universitaires de Dijon, 2000, p. 153-166.

« Analisando discursos constituintes », Revista do GELNE (Brésil), vol. 2 n° 2, 2002, p. 167-178.

« Le dialogue philosophique comme hypergenre. Les interlocuteurs et leurs noms », in Le dialogue : introduction à un genre philosophique, Frédéric Cossutta (éd.), Lille, Septentrion, 2005, p. 85-107.

« Code langagier et scène d’énonciation philosophique », Rue Descartes, n° 50, 2005, p. 21-33.

« Le dialogue comme hypergenre », in Le dialogue ou les enjeux d’un choix d’écriture, Philippe Guérin (éd.), Presses Universitaires de Rennes, 2006, p. 35-49.

« La biographie des philosophes dans une perspective d’analyse du discours », in Frédéric Cossutta, Pascale Delormars & Dominique Maingueneau (éd.) : La vie à l’œuvre. Le biographique dans le discours philosophique, Limoges, « Le Discours philosophique », Lambert-Lucas, 2012, p. 21-36.

« La formule philosophique et ses commentaires », in Les formules philosophiques, Frédéric Cossutta & Francine Cicurel (éd.), Limoges, « Le Discours philosophique », Lambert-Lucas, 2014, p. 199-220.

« Par-delà l’homme et la femme : l’énonciation », in Dominique Maingueneau & Mathilde Vallespir (éd.), Lire Derrida ? Autour d’Éperons. Les styles de Nietzsche, Limoges, « Le Discours philosophique », Lambert-Lucas, 2015, p. 81-92.

« Pseudonymie et discours constituants », in La pseudonymie dans la littérature française. De François Rabelais à Eric Chevillard, David Martens (éd.), Presses Universitaires de Rennes, 2017, p. 311-322.

« L’analyse du discours philosophique : bilan et perspectives » (en collaboration avec Frédéric Cossutta), Argumentation et Analyse du Discours [En ligne], 22 | 2019, mis en ligne le 15 avril 2019, consulté le 30 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/aad/2981 ; DOI : 10.4000/aad.2981

« Trouver sa place dans l’enceinte philosophique : penseurs, gestionnaires, passeurs », Argumentation et Analyse du Discours [En ligne], 22 | 2019, mis en ligne le 15 avril 2019, consulté le 30 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/aad/3110 ; DOI : 10.4000/aad.3110

Direction d’ouvrages collectifs

La vie à l’œuvre. Le biographique dans le discours philosophique (en collaboration avec Frédéric Cossutta et Pascale Delormas), Limoges, « Le Discours philosophique », Lambert-Lucas, 2012.

Lire Derrida ? Autour d’Éperons. Les styles de Nietzsche (en collaboration avec Mathilde Vallespir), Limoges, « Le Discours philosophique », Lambert-Lucas, 2015.

Livres

La philosophie comme institution discursive, Limoges, « Le Discours philosophique », Lambert-Lucas, 2015.