Bruno Clément

Je codirige depuis 2013 avec François Noudelmann l’axe « Philosophie, Arts, Littérature » de l’équipe « Littérature, histoires, esthétiques » (EA 7522) à l’Université Paris 8.

Adresse personnelle : bpe.clement@gmail.com

Orientation méthodologique

Ma discipline d’origine est la littérature ; mais les auteurs sur lesquels ont porté mes travaux sont aussi bien des « littéraires » (romanciers, dramaturges, poètes, théoriciens de la littérature : Beckett, Blanchot, Deguy, Genette, Hugo, Kadaré, Leiris, Michon, Péguy, Poulet, Quignard, Rousseau, Sarraute, Sartre, Todorov, Voltaire, etc.) que des philosophes ou des penseurs en sciences humaines (Augustin, Bergson, Derrida, Descartes, Foucault, Heidegger, Freud, Kant, Levinas, Nietzsche, Pascal, Platon).

Mon travail cherche à lire les textes théoriques (de la littérature, mais de philosophie tout aussi bien) avec les yeux d’un littéraire, soit à envisager de façon systématique les conséquences théoriques de ce constat simple : les théoriciens écrivent, ils sont aussi des écrivains. Les mots de « poétique » et de « rhétorique » donnent les deux axes principaux de cette recherche qui vise à donner sens à l’expression « textualité théorique ».

Mon livre sur la lecture (Le Lecteur et son modèle, 1999), par exemple, porte sur des auteurs consacrés (Voltaire, Hugo, Sartre) mais il s’attache à l’écriture des lectures critiques et interprétatives qu’ils ont données d’auteurs eux-mêmes consacrés (Pascal, Shakespeare, Flaubert). Le texte secondaire (le commentaire) y était donc abordé comme un texte primaire.

Ce parti pris implique que soit très souvent posée à propos de ce type de corpus (comme dans les cas exemplaires d’Augustin et de Derrida dans L’Invention du commentaire, 2000) une question qu’on ne pose ordinairement qu’aux textes « littéraires » : celle du sujet et de l’identité dans leurs rapports avec la personnalité, la personne, la biographie de leur auteur.

On pourrait répartir mes travaux et recherches en deux groupes, à mes yeux aussi importants théoriquement l’un que l’autre : d’une part des travaux portant sur un auteur spécifique (Pascal, Descartes, Rousseau, Valéry, et bientôt Bergson) et qui cherchent à caractériser et à évaluer sa ou ses stratégies d’écriture ; d’autre part des travaux plus transversaux, explorant de façon systématique des textes théoriques usant d’un même procédé d’écriture.

Il s’agit donc d’une part de réfléchir à la question des frontières entre les disciplines. L’objet qu’elles se donnent certes les distingue — et à bon droit ; mais l’approche textuelle des objets théoriques qu’elles produisent a pour effet immanquable de relativiser une répartition opérée sur le seul critère de l’objet étudié — ne serait-ce qu’en faisant apparaître entre elles des éléments textuels communs (le récit, la fiction, entre autres). Mais il s’agit aussi et d’autre part d’examiner le statut de tous les procédés qui permettent de jeter un pont entre les divers domaines du savoir. Ce qui suppose une réflexion de fond sur le statut de la rhétorique et plus particulièrement des figures. Le livre sur Beckett (L’Œuvre sans qualités, 1994) posait cette question à partir d’une figure particulière (l’épanorthose) que l’œuvre pratique sous des formes d’une variété surprenante. Le travail sur la prosopopée (La voix verticale, 2013) a été entrepris dans le même esprit : il ne prend pas pour objet une œuvre spécifique mais observe les modes d’apparition de cette « figure de pensée » à des époques diverses et chez des auteurs de genres différents. Un travail en cours, mené dans le même esprit, porte sur l’hypotypose.

Intitulé de quelques séminaires tenus au Collège international de philosophie

« Comment j’ai inventé ma méthode » (c’est l’origine du volume publié au Seuil en 2005)

« Le visage et sa voix » (c’est l’origine de La Voix verticale)

« Feu l’éloquence » (sur Pascal)

« Vies et doctrines des philosophes » (le séminaire ne portait pas sur la biographie réelle des philosophes, mais sur les récits de leur vie)

« L’adresse de la philosophie » (ce séminaire, qui portait essentiellement sur la correspondance de philosophes, s’est déroulé sur deux années consécutives)

« La philosophie aussi », le séminaire (2 ans) a porté sur les œuvres signées par des philosophes mais considérées comme non philosophiques (sonates de Nietzsche, opéra de Rousseau, poèmes de Descartes ou de Heidegger, etc.)

« Henri Bergson prix Nobel de littérature », le séminaire a cherché à lire l’œuvre de Bergson comme celle d’un écrivain voire d’un artiste.

« Ce que le philosophe a vu », une première approche de la figure de l’hypotypose

« Plaisir à l’hypotypose », suite du séminaire de l’année précédente

Titre du séminaire prévu en 2018-2019 : « Équivoque philosophie »

Publications

Livres

L’Œuvre sans qualités, rhétorique de Samuel Beckett, préface de Michel Deguy (« Logique de la figure »), Seuil (« Poétique »), 1994.

Le Lecteur et son modèle, PUF (« Écriture »), 1999.

L’Invention du commentaire, Augustin, Jacques Derrida, PUF (« Écriture »), 2000.

Le Récit de la méthode, Seuil (« Poétique »), 2005

La Voix verticale – essai sur la prosopopée, Belin (« L’extrême contemporain »), 2013.

Ouvrages collectifs

Le Malentendu – généalogie du geste herméneutique, Bruno Clément et Marc Escola (éd.), PUV, 2003.

Emmanuel Levinas et les territoires de la pensée, Bruno Clément et Danielle Cohen-Levinas (éd.), PUF (« Epiméthée »), 2007.

Vie philosophique et Vies de philosophes, en collaboration avec Christian Trottmann, Éditions Sens et Tonka, 2010.

Croyance, crédit, créance – autour de l’œuvre de Jean-Michel Rey, Denis Bertrand, Bruno Clément, Christian Doumet (éd.), Hermann, 2012.

Aux confins du récit, Bruno Clément et Clemens-Carl Härle (éd.), PUV, 2014.

Numéros de revue

Sartre contre Sartre, numéro spécial (47) de la Revue Rue Descartes, à l’occasion du centenaire de Sartre, Bruno Clément et Patrick Vauday (éd.), janvier 2005.

Salut à Jacques Derrida, numéro spécial (48) de la revue Rue Descartes, avril 2005.

L’Écriture des philosophes, numéro 50, novembre 2005, de la revue Rue Descartes.

L’Homme capable – Hommage à Paul Ricœur, numéro spécial de la revue Rue Descartes, novembre 2006.

Sélection d’articles

« Utile et incertain », postface à Doatéa Nuri, L’Incertain, lecture de Descartes, PUV, Bruno Clément et Catherine Perret (éd.), 2005.

« Derrida : la Vie et l’Œuvre », (en anglais) in Substance, « Jacques Derrida 1930-2004, A counter-Obituary », 106, vol. 34, n° 1, 2005 (sous la direction d’Eric Méchoulan).

« Foucault et compagnie », in L’Écriture des philosophes, numéro 50, novembre 2005, de la revue Rue Descartes.

« Plaidoyer pour l’Europe », sur le Vocabulaire européen des philosophies – dictionnaire des intraduisibles sous la direction de Barbara Cassin, in Critique, mars 2006.

« La stase et l’envoi », in L’Homme capable, numéro spécial Ricœur (Bruno Clément, éd.) de Rue Descartes (nov. 2006).

« L’autobiographie de l’autre », in Les Transformateurs Lyotard, actes du colloque qui s’est tenu à l’ENS et au Collège international de philosophie le 12 décembre en 2007, Éditions Sens et Tonka, 2008.

« Descartes romancier, Proust philosophe », dans « Le Récit », numéro 4 de « Actes de savoir », revue interdisciplinaire de l’Institut universitaire de France, 2008.

« La langue claire de Descartes », in Rue Descartes n° ­65, « Clair obscur », Gisèle Berkman (éd.), septembre 2009.

« Kant est-il mort comme il a vécu ? A-t-il vécu comme il a écrit ? », in Vie philosophique et Vies de philosophes, Bruno Clément et Christian Trottmann (éd.), Éditions Sens et Tonka, 2010.

« D’un autobiographie sans sujet – Levinas lecteur de Leiris », in Le Souci de l’art chez Emmanuel Levinas, Danielle Cohen-Levinas (éd.), Éditions Manucius (« Le  marteau sans maître »), 2010.

« Ce que la méthode doit à la vie », in La vie à l’œuvre – le biographique dans le discours philosophique, F. Cossutta, P. Delormas, D. Maingueneau (éd.), Éditions Lambert-Lucas « Le discours philosophique »), 2013.

« La pensée fabuleuse », in Aux confins du récit, Bruno Clément et Clemens-Carl Härle (éd.), PUV, 2014.

« S’accommoder aux figures », in Lire Derrida ? autour d’Éperons : les styles de Nietzsche, Dominique Maingueneau et Mathilde Vallespir (éd.), Éditions Lambert-Lucas (« Le discours philosophique »), 2015.