Alain Lhomme

UMR 8163 « Savoirs, textes, langages », Lille 3

Adresse électronique: lhomme.a@free.fr

Orientation méthodologique: Le style des philosophes : formes d’écriture et art de penser

Ma recherche actuelle est le fruit d’un parcours qui m’a conduit d’une approche stylistique des textes philosophiques à la tentative de constituer une véritable poétique (ou poïétique, pour reprendre le mot de Valéry) de la pensée. En un mot : des formes de l’écriture aux figures de pensée.

Considérer les textes philosophiques selon une approche stylistique constitue, à l’origine, à la fois un choix de lecture et une décision épistémologique, eux-mêmes fondés sur une double présupposition :

  1. dans la mesure où les philosophies se présentent comme des œuvres, nous devons commencer par considérer leur corpus de manière strictement textuelle, sans préjuger de la forme qu’elles se donnent comme « doctrines » ou comme « systèmes » ;
  2. cette considération purement textuelle de l’œuvre est la seule voie d’accès empirique dont nous disposions pour appréhender l’effectivité d’une pensée.

Ces considérations pourraient paraître triviales. Elles sont malheureusement trop souvent méconnues dans la pratique tant du « commentarisme » que de ce qu’on a pris l’habitude d’appeler « l’histoire de la philosophie ». Elles ont en revanche pour conséquence de rapprocher, au moins dans un premier temps, l’analyse des textes philosophiques du champ des études littéraires.

Mais une chose est de privilégier ainsi l’œuvre écrit, autre chose de le faire en relation avec une catégorie comme celle de style. Si nous avons cru devoir privilégier une telle notion, c’est parce qu’en dépit de son apparente désuétude elle nous paraît présenter un certain nombre de vertus heuristiques.

La catégorie de style présente en effet l’avantage d’attirer d’emblée l’attention sur ce qui fait la singularité du procès d’écriture, considérée à son tour comme le symptôme de ce qui fait la spécificité d’une forme de pensée. La notion de style est en outre la seule qui peut donner quelque crédit à des études comparatives, études qui n’ont donné lieu jusqu’ici qu’à des tentatives très inégalement réussies, mais qui continuent de hanter plus ou moins obscurément la pratique empirique de l’histoire de la philosophie. Enfin, une stylistique du texte philosophique, attentive aux figures et aux schèmes rhétoriques, argumentatifs ou iconiques qu’actualise le procès d’écriture, devrait offrir une voie d’accès privilégiée aux opérations à travers lesquelles se déploie et se constitue un procès de pensée, et déboucher plus généralement sur une véritable poïétique de la pensée.

L’idée d’une stylistique philosophique

L’idée d’une stylistique du texte philosophique se présente comme une idée programmatique, en ce qu’elle conduit à proposer d’abord des études de style, conformément au titre du célèbre ouvrage de Léo Spitzer. Cet ouvrage apparaît fondateur dans la mesure où l’entreprise de Spitzer conduit non seulement à privilégier les études empiriques, mais à faire fructifier une méthode qui, partant du repérage différentiel des « traits de style », s’efforce de repérer ceux qui présentent un caractère d’analogie pour essayer de dégager la « formule synthétique » ou « l’essence » d’un style, comme le dit Jean Starobinsky dans sa préface (Études de style, Tel Gallimard, 1970, p. 20).

On peut certes ne pas partager la théorie de l’expression dans laquelle s’inscrit originellement cette approche et — cherchant à articuler de façon plus « immanente » la catégorie de style elle-même en y voyant plutôt la forme de concaténation des éléments d’un discours ou d’un texte — refuser de référer l’expression à l’Erlebnis de l’auteur ou même à quelque etymon spirituel, préférant en dernière analyse mettre l’accent sur le travail de composition de l’œuvre plutôt que sur sa dimension « subjective ».

Encore faut-il souligner que Spitzer lui-même n’a cessé de s’éloigner de la valorisation post-diltheyenne de l’Erlebnis et de dépsychologiser sa propre démarche. Comme l’écrit encore Starobinsky dans sa préface, « il a donné sa préférence à une méthode où l’analyse, pour l’essentiel, resterait immanente à l’œuvre, séjournerait en elle pour en dévoiler les rapports internes, pour l’éclairer du dedans, satisfaite de l’avoir pleinement lue et de l’avoir fait entendre — comme on exécute une partition » (ibidem, p. 24-25).

Reste que, pour prendre toute son ampleur, ce remaniement critique exigeait d’aller au-delà d’une définition du « trait de style » comme simple écart ou comme déviation. De fait, dans un deuxième moment de sa réflexion, Spitzer a fini par préférer à la notion de variation ou d’écart différentiel celle de « détail » — ce type de singularité que le critique a pour vocation de repérer et d’élire en le considérant comme représentatif de la structure d’ensemble : c’est quand « le détail et le tout ont trouvé leur dénominateur commun » qu’ils « nous donnent la racine du texte » (Études de style, op. cit., p. 67) selon une relation d’entre-expression entre la partie et le tout qui exige, pour être pleinement maîtrisée, de s’engager résolument dans le « cercle de la compréhension ».

Certes, la reprise spitzerienne des paradoxes du « cercle herméneutique » théorisé par Schleiermacher ne va pas sans quelques difficultés, le va et vient entre ce que Starobinsky appelle « le détail ainsi éclairé » et le « tout pressenti » pouvant avoir quelque chose d’encore trop intuitif et donc d’aléatoire. Mais il suffit, pour y échapper, de faire un pas de plus et de considérer que ces traits de style, repérés d’abord comme des variations ou comme de simples détails, en viennent à dessiner de véritables motifs qui singularisent de façon morphologique — et plus seulement différentielle — une œuvre déterminée. Motifs qui constitueraient autant de médiations déterminées entre « l’exégèse du détail » et la compréhension d’ensemble de l’œuvre.

Reste que — et c’est la raison pour laquelle on parlera d’« études de style » plutôt que d’une véritable « stylistique » entendue comme discipline autonome —, il n’est pas sûr que ce type d’approche stylistique puisse jamais prendre la forme d’une « science en soi » : elle aurait plutôt le statut d’une critique mobilisant, au service d’une lecture toujours singulière, l’ensemble des ressources que lui offrent les diverses disciplines qui se partagent le champ des études textuelles (grammaire, linguistique, rhétorique, théorie de l’énonciation, sémiotique, théorie de l’argumentation, analyse du discours, etc.). Son apport théorique le plus spécifique consistant, par-delà le repérage des différences et des singularités qu’elle découvre sur ces divers plans, à fournir les matériaux d’une sorte de théorie des formes, entée sur la théorie classique des figures.

L’autre référence fondatrice en matière d’études de style, c’est bien sûr l’Essai d’une philosophie du style de Gilles Gaston Granger (Armand Collin, 1968). S’efforçant de donner un fondement théorique plus consistant à la notion même de style, Gilles Gaston Granger commence par en généraliser considérablement l’acception, le terme désignant désormais rien moins que la « modalité d’intégration de l’individuel dans un processus concret qui est travail » (op. cit. p. 8), sachant que « l’individuel ne peut être saisi autrement que dans une activité pratique » (id. p. 7). Moyennant quoi « toute pratique […] comporte un style, et le style est inséparable d’une pratique » (id. p. 11).

Une telle détermination conserve malheureusement un caractère légèrement équivoque, dans la mesure où elle ne distingue pas clairement l’individuel — toujours menacé d’être restreint, dans la représentation commune, au champ de la personne particulière — et le singulier, catégorie permettant de penser de façon beaucoup plus générale l’ensemble des accidents et des singularités qui caractérisent ou affectent un procès, quels qu’en soient le domaine ou le support. Mais c’est précisément ce type d’accident, de singularité, ou de type de particularisation qui intéresse au premier chef Gilles Gaston Granger, quitte à y voir dans un second temps la marque d’une individualité historique.

Mais ce qui retiendra surtout notre attention, c’est que Gilles Gaston Granger a eu l’audace de généraliser l’emploi de la catégorie de style jusqu’à la transférer dans le champ des théories formelles, et plus particulièrement dans celui des mathématiques, montrant du même coup que la notion de style ne saurait, en droit, caractériser les seuls phénomène d’expression (d’une individualité subjective), mais qu’elle trouverait sa source dans certaines propriétés des théories formelles, considérées moins via leur réécriture, en droit, intégralement formalisable que dans leur véritable procès d’élaboration, procès dont l’indétermination partielle ou la surdétermination expliquent précisément le caractère heuristique.

Cessant donc de considérer le style comme une simple modalité de l’expression individuée, Gilles Gaston Granger désigne plutôt à travers lui l’ensemble des singularités de l’expression qui résultent du choix d’un type déterminé de symbolisme. Par exemple, l’usage d’un alphabet comme l’alphabet latin pour transcrire une autre langue ne manquera pas de produire des singularités, des phénomènes de surcodage qui constitueront autant de faits de style : d’une manière générale, le choix d’un symbolisme déterminé comporte des redondances, des équivoques ou des surdéterminations qui en individualisent et en historicisent l’usage.

Mais le plus décisif tient à ce double fait que :

  • au plan des formes d’expression, toute écriture comme toute langue présente une « superposition de plusieurs niveaux de structures subordonnées ». Et c’est dans le jeu qui est susceptible de s’instituer entre ces divers niveaux que se produisent ces phénomènes de redondance non aléatoires qui sont source d’effets de sens surdéterminés ;
  • au plan plus proprement théorique et conceptuel, il est fréquent qu’un même problème apparaisse susceptible de plusieurs traitements, voire de plusieurs solutions non homogènes. C’est là où il y a pluralité de solutions possibles à un problème que se produisent, intellectuellement, des faits de style.

À côté de l’idée téléologique, certes parfaitement efficiente, selon laquelle il est toujours possible en droit de réduire cette pluralité des types ou des styles de traitement via une formalisation toujours plus poussée du système symbolique, il faut donc maintenir cette autre idée que la diversité des styles est coextensive à l’usage même de tout symbolisme, comme en témoigne la riche histoire des mathématiques et particulièrement la révolution euclidienne, qui « ouvre au calcul le concept d’égalité et par conséquent celui de grandeur en le détachant de l’intuition des formes des figures » (Essai d’une philosophie du style, op. cit., p. 29). De même, comme l’écrit encore Gilles Gaston Granger à propos des diverses manières d’introduire la notion de nombre complexe, il y a « différentes façons de se servir d’un concept, de l’intégrer dans un système opératoire et de lui associer des implications intuitives dont il faut limiter exactement la portée ». Ce sont ces différentes manières qui « constituent ce que nous appelons des faits de style » (id., p. 21).

Le style apparaît ainsi « intimement lié à l’esprit des méthodes » (Chasles, cité par G. G. Granger, id., p. 22) et c’est en quoi il permet de concevoir des études comparatives comme celle que Gilles Gaston Granger consacre à Descartes et Desargues, jetant du même coup un éclairage précieux sur la différence — en mathématiques comme en philosophie — des styles cartésien et pascalien.

Car on voit mal comment une catégorie considérée comme parfaitement opératoire dans le champ des théories mathématiques ne présenterait pas un caractère heuristique au moins équivalent dans le champ de la conceptualité philosophique.

On comprend donc que, placée sous le double patronage de Gilles Gaston Granger et de Léo Spitzer, la recherche où nous sommes engagé doive s’appuyer en premier lieu sur un certain nombre d’études empiriques, dont les objets se puisent dans le même corpus que celui qu’exploite traditionnellement l’histoire de la philosophie, en n’hésitant pas d’ailleurs à en réexploiter les acquis — particulièrement ceux de l’école structurale incarnée par Martial Gueroult, Jules Vuillemin ou Victor Goldschmidt — quitte à croiser ce type d’approche avec le souci pour la rhétorique que manifestait déjà Henri Gouhier.

Une telle entreprise doit vaincre néanmoins une double résistance. La première tient à l’illusion tenace, encore prégnante chez beaucoup de philosophes, selon laquelle une description immédiate des théories philosophiques serait possible sur le fondement d’un travail de lecture qui prétend se saisir immédiatement des arguments et des concepts présents dans le texte en vue d’en reconstituer aussitôt le système. À quoi on peut objecter que la plupart des philosophies ne se présentent pas d’emblée comme des systèmes et que, même quand elles prétendent expressément à une telle forme, la façon dont la forme en question s’esquisse et s’édifie doit d’abord être décrite dans sa manifestation textuelle. Ce n’est par exemple (dixit Hume) pas du tout la même chose de présenter un système philosophique sous la forme d’un Traité ou sous celle d’une Enquête. Et si Rousseau insiste sur le fait que sa philosophie constitue bel et bien un système, celui-ci n’en doit pas moins être reconstruit via l’étude minutieuse des procédés argumentatifs et démonstratifs qu’il mobilise dans le cadre, par exemple, de ses Discours, ce qui suppose d’en étudier au plus près la rhétorique. Quant aux philosophies les plus systématiques en apparence, il faut avouer qu’elles présentent elles-mêmes des modes ou des styles de systématisation fort variables. Ce qu’il conviendrait de comparer à cet égard, ce ne sont donc pas tant les systèmes kantien et hégélien par exemple que la façon dont Kant et Hegel élaborent, chacun pour son propre compte, cette notion même de système, chose dont on ne saurait venir à bout qu’en décrivant minutieusement les schèmes via lesquels cette systématicité se conçoit, se construit, s’ordonne et se compose, bref s’organise textuellement et discursivement. Car là où — selon un paradoxe dans lequel n’aura cessé de se complaire l’histoire de la philosophie — il demeure périlleux de prétendre comparer ou confronter directement les systèmes (sauf à les indexer à une méta-histoire de la philosophie dont il n’est pas sûr que Gueroult lui-même ait vraiment pu établir la possibilité), comparer en revanche les styles de problématisation, les modes de systématisation, les formes d’argumentation et les schèmes inducteurs semble beaucoup plus pertinent. Ne serait-ce que parce que les auteurs eux-mêmes, lorsqu’ils prennent le contre-pied d’une philosophie donnée, ne se contentent jamais d’opposer des thèses à des thèses mais mettent une sorte de point d’honneur à en contester fondamentalement la méthode. C’est donc l’esprit de la méthode et la stratégie d’écriture via lesquels se singularisent véritablement les philosophies qu’il faut soumettre d’abord à une étude comparative.

La seconde résistance qu’il convient de surmonter est celle qui a trait au statut de la rhétorique elle-même. Car il est impossible de comprendre comment s’énoncent, s’articulent et s’argumentent les philosophies classiques sans réhabiliter cette discipline scandaleusement discréditée ou fâcheusement délaissée dans le champ des études philosophiques. Autrement dit : aucune entreprise stylistique n’est possible si elle ne commence par lever le préjugé anti-rhétorique dont souffre, aujourd’hui encore, en France, la culture philosophique. Ce qui suppose de commencer par admettre que la rhétorique est bien plus que la simple mise en forme de contenus qui auraient été pensés antécédemment et indépendamment d’elle : elle fournit en vérité — déployée sans restriction et débarrassée des limites que lui impose une théorie des tropes trop centrée sur la seule métaphore — les matériaux, les modalités et les règles constitutives d’un véritable art de penser.

Pour autant, la rhétorique ne saurait être considérée comme un instrument privilégié que sous bénéfice d’inventaire et au prix d’un considérable élargissement. C’est pourquoi le type de recherche que nous avons entrepris s’est poursuivi depuis vingt ans dans un dialogue constant avec le type d’approche que privilégie aujourd’hui l’analyse du discours, telle que Frédéric Cossutta et Dominique Maingueneau en ont spécifié les catégories et les instruments en les appliquant plus particulièrement au discours philosophique. La plupart des articles que nous avons rédigés l’ont été en relation avec l’analyse des objets que le séminaire animé par Frédéric Cossutta privilégiait au fil des années : énonciation, aspects pragmatiques, formes et genres littéraires, dimension fictionnelle, polémicité, statut des formules et écriture formulaire, etc. — mais en donnant toujours le pas à l’analyse minutieuse du procès et du style d’écriture, autrement dit en mettant l’accent sur la textualité plutôt que sur la seule discursivité.

Vers l’idée d’une poïétique du texte philosophique

Il nous reste à montrer en quoi une telle approche délibérément textuelle permet un accès renouvelé aux opérations mêmes de la pensée, et que c’est, du même coup, en ouvrant la voie à une véritable poïétique qu’elle demeure philosophique de plein droit.

C’est une vieille définition de la philosophe que celle qui y voit la « pensée de la pensée ». Le malheur est qu’entendue de façon purement spéculative, la formule a fini par perdre toute signification. Si on veut comprendre comment la pensée, véritablement, se pense, alors il faut accepter de descendre dans le laboratoire que constitue le texte, autrement dit examiner les procédures et les schèmes sous-jacents à la formulation d’une pensée textuellement articulée, donc proprement composée. En prenant résolument le parti suivant : il est impossible, dans l’analyse exhaustive d’un texte philosophique, de dissocier ses modes d’articulation logique, rhétorico-discursif et textuel. Il faut en outre cesser de croire qu’écrire serait simplement donner sa juste formulation à une pensée toute faite, en quelque sorte purement méditante : écrire n’est pas autre chose que le travail même de formulation, donc d’effectuation d’une pensée.

Ce qui ne veut pas dire que les procédures de pensée constituent des opérations strictement intra-textuelles. Ne serait-ce que parce qu’un texte ne renvoie pas seulement à lui-même : il renvoie, tout aussi nécessairement, à un hors texte et à un intertexte.

Hors texte, au sens où le texte comporte en tant que tel non seulement une dimension d’adresse, une visée référentielle, une structure intentionnelle — il fait nécessairement signe vers autre chose que lui-même — mais pour finir une dimension pragmatique, dans la mesure où il travaille à transformer peu ou prou son « objet » (ou tout simplement son lecteur) en produisant un certain nombre d’effets — de conversion ou d’institution.

Intertexte, en ce sens que la discursivité qui se déploie dans le texte comporte une dimension inter-discursive qui lui est pour ainsi dire consubstantielle et qui se signale dans la façon dont le texte mentionne, présuppose, glose, réécrit ou tout simplement interroge et discute tout un monde de pensées ou de « dits » disponibles sous forme textuelle dans l’ensemble de l’interdiscours. Au point que l’on pourrait légitimement soutenir que si la pensée, en un sens, préexiste effectivement au travail de l’écriture, c’est dans l’exacte mesure où elle est toujours déjà disponible sous forme écrite, en attente de réactivation.

Hors texte, intertexte : ces deux dimensions doivent être pensées de façon complémentaire et articulée. On aurait tort de privilégier indûment la seconde au nom d’une métaphore du texte généralisé et de résorber le travail de reprise sous-jacent au procès d’écriture dans une sorte de jeu de renvoi indéfini. Selon une lecture outrageusement simplifiée de l’entreprise derridienne, il pourrait sembler en effet que tout texte renvoie à un texte qui renvoie lui-même à un texte, et ainsi indéfiniment. Ce serait oublier l’autre dimension de la pensée : sa dimension proprement schématisante. Penser, ce n’est pas seulement réécrire, c’est, selon une visée proprement imaginative, concevoir des formes nouvelles ou déployer une nouvelle topologie — y compris spéculative.

Prenons l’exemple d’une notion devenue fort banale, celle de « renversement ». On peut bien sûr n’y voir qu’une métaphore spatiale qu’il faudrait soit récuser, soit reconduire, soit traiter de façon symptomale. Ce qui n’empêche nullement ceux qui critiquent son emploi chez les autres, d’y recourir éventuellement dans leur propre stratégie argumentative, reconnaissant par là qu’elle constitue en vérité un opérateur intellectuel, très exactement un schème topologique, permettant d’esquisser au moins le graphe d’une argumentation. Cette composante proprement spatiale apparaît non seulement comme l’une des conditions majeures d’une véritable poïétique de la pensée, mais l’ouvre à cette autre conception du graphe à quoi la pensée de Derrida fut si sensible et qu’ont trop tendance à oublier ses épigones.

Il est vrai que prendre pleinement en compte cette autre dimension conduirait à confesser que c’est elle qui donne à la pensée à la fois sa dimension proprement intuitive — cette intuition vers quoi lorgnent les démarches qui se veulent purement spéculatives, mais dont elles méconnaissent la source véritable — et son effectivité, voire son actualité : la pensée, prise dans le réseau généralisé de l’intertextualité mais contrainte de déchiffrer simultanément le « texte » de l’expérience, y découpe proprement un objet auquel elle confère une forme de présence par la biais de quelque schème, dont on trouvera ensuite la projection, la trace et la reprise dans le procès d’écriture lui-même, ainsi ouvert à une théorie du graphe généralisée.

Théorie qui exige en particulier de considérer les figures de rhétorique comme de véritables figures de pensée, susceptibles d’entrer en conjonction, d’un côté avec des formes argumentatives considérées dans leur dimension non seulement logique mais topologique, de l’autre avec les modèles autour desquels s’organise le travail de la représentation. Seule une théorie renouvelée du schématisme permettrait de réconcilier les dimensions discursive et intuitive qui constituent l’acte même de penser et d’en élucider simultanément la dimension imaginative et poïétique. Tel serait le type de complétude propre à un authentique art de penser.

Activités scientifiques

Séminaires

Participe aux séminaires suivants:

  • GradPhi, animé par Frédéric Cossutta.
  • Groupe de recherches kantiennes, Lille 3, sous la direction d’Édouard Mehl. Organisateurs : Betty Gabriels et Armel Mazeron.

Publications

« Formuler l’informulable : analyse d’un paradoxe pragmatique », in Lire Bergson : « Le possible et le réel », sous la direction de Frédéric Cossutta, PUF, avril 1998, p. 101 à 138.

« Le style des philosophes », article paru dans le volume de L’Encyclopédie philosophique universelle intitulé Le Discours philosophique, sous la direction de Jean-François Mattéi, PUF, novembre 1998, p. 1564 à 1583.

« Pensées fictives et fictions de l’imagination » (sur l’écriture de la fiction dans les Méditations métaphysiques de Descartes), Europe n° 849/850, janv.-fév. 2000.

« Polemos et philia », in La Polémique en philosophie, sous la direction de Magid Ali Bouacha et Frédéric Cossutta, coll. Figures libres, publications du Centre Gaston Bachelard de Recherches sur l’Imaginaire et la rationalité, Ed. universitaires de Dijon, mai 2000.

« Le fils d’Hermès, essai d’analyse dialogique du Cratyle de Platon », in Actes du colloque : La Forme dialogue chez Platon. Evolutions et réceptions, Éditions Jérôme Millon (Grenoble), coll. Horos, fév. 2001.

« Le régime de l’hypothétique dans le Phédon de Platon », in Texte et discours : catégories pour l’analyse (sous la dir. de Jean-Michel Adam, Jean-Blaise Grize et Magid Ali Bouacha), Éditions universitaires de Dijon, 2004.

« L’éducation de Pamphile ou le théâtre de la raison sceptique : essai d’analyse des Dialogues sur la religion naturelle », in Le dialogue : introduction à un genre philosophique, Frédéric Cossutta (éd.), Septentrion (Presses universitaires de Lille), 2005.

« Entre concept et métaphore : existe-t-il une écriture spécifiquement philosophique ? », in L’Écriture des philosophes, n° 50 de la revue Rue Descartes, PUF, nov. 2005.

«  Le style de Marx », article publié sur le site Question Marx le 27 janvier 2012.

« Formules philosophiques et écriture formulaire », in Les formules philosophiques, Frédéric Cossutta & Francine Cicurel (éd.), Lambert-Lucas, “Le Discours philosophique”, 2014.

« Grammaire de l’indécidable », in Lire Derrida. Autour d’Éperons. Les styles de Nietzsche, Dominique Maingueneau & Mathilde Vallespir (éd.), Lambert-Lucas, “Le Discours philosophique”, 2015.

« La fabrique du spéculatif. Essai d’analyse du § 36 de Par delà bien et mal », in L’enseignant et le chercheur au cœur des discours, des textes et des actions. Mélanges offerts à Francine Cicurel, J. Aguilar, L. Cadet, C. Muller et V. Rivière (éd.), Riveneuve éditions, 2017, p. 73 à 94.

« Analyse du Discours et analyse textuelle », Argumentation et Analyse du Discours [En ligne], 22 | 2019, mis en ligne le 15 avril 2019, consulté le 30 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/aad/3254 ; DOI : 10.4000/aad.3254

« La reconfiguration textuelle des concepts », in La fabrique des concepts philosophiques, Frédéric Cossutta (éd.), Lambert-Lucas, à paraître en 2019.

Autres interventions

Publications de caractère didactique

« Apprendre à lire un texte philosophique ». Intervention prononcée dans le cadre de la journée d’études « L’enseignement philosophique et l’école d’aujourd’hui » organisée par le CRDP de Lille le 20 mai 1992. [non publié]

« Le travail de la lecture », in L’École des philosophes n°4, février 1988, CRDP du Nord-Pas de Calais, Lille (numéro intitulé : Les textes dans l’enseignement philosophique ).

Interventions dans le cadre du séminaire de Pierre Macherey, “La philosophie au sens large”

Séance du 27 mars 2002 : « Le style des philosophes ».

Séance du 10 décembre 2003 : présentation du livre d’Antonia Soulez, Comment écrivent les philosophes ? De Kant à Wittgenstein, ou le style de Wittgenstein (éd. Kimé, 2002).

Autres

« Qu’est-ce qu’un texte philosophique ? », intervention faite au colloque de Lille sur « La philosophie et ses textes », les 16 et 17 juin 1998 (coordination Jean-Michel Salanskis).

« La fabrique nietzschéenne du spéculatif », intervention dans le cadre de la journée d’études du GradPhi intitulée : L’inscription du fictif dans le discours philosophique, organisée par  Francine Cicurel (Université de la Sorbonne nouvelle – Paris III) le 23 juin 2000.

« Herméneutique et stylistique », intervention faire dans le cadre du stage organisé dans le cadre de la Dafop de Lille par Christiane Vollaire, Frédérique Bisiaux et Marc Debray les 27 et 28 janvier 2005.

« Figures de style, figures de pensée » : intervention faite lors de la journée de présentation des travaux du GradPhi organisée dans le cadre du Ceditec, à l’UFR des sciences économiques de Créteil le 19 juin 2009.

« Grammaire de l’indécidable », intervention à la journée d’études du GradPhi intitulée : Lire Derrida ? Autour d’Eperons. Les styles de Nietzsche, organisée par Dominique Maingueneau et Mathilde Vallespir à la Sorbonne, le 8 février 2014.