À paraître: Les concepts en philosophie. Une approche discursive

Nous sommes heureux de vous annoncer la parution prochaine d’un ouvrage consacré aux Concepts en philosophie, dirigé par Frédéric Cossutta, dans la collection « Le discours philosophique » (éditions Lambert-Lucas), et nous vous en proposons les bonnes feuilles (le sommaire et l’avant-propos).

Sommaire

Avant propos. Organisation du livre et présentation des contributions

Chapitre 1. Questions de méthode : comment aborder la conceptualisation philosophique d’un point de vue discursif ? (Frédéric Cossutta)

PARTIE I. Les modes de constitution des concepts en philosophie

Chapitre 2. L’invention des « catégories » chez Aristote : éléments pour penser la fabrication des concepts (Véronique Brière)

Chapitre 3. Genèse d’un concept. Logique symbolique et logique iconique (Jean-François Bordon)

Chapitre 4. Thématisation et reconfigurations textuelles des concepts (Alain Lhomme)

PARTIE II. Les philosophies critiques du concept : vers une prose post-conceptuelle ?

Chapitre 5. Relire et réécrire le concept : le pharmakon comme anti-concept dans la Dissémination de Jacques Derrida (Mathilde Vallespir)

Chapitre 6. La « descente à l’ordinaire » des concepts selon Wittgenstein (Antonia Soulez)

Chapitre 7. Le concept, un problème de traduction du réel. L’exemple de De l’existence à l’existant de Levinas (Pascale Delormas)

PARTIE III. L’essaimage des concepts et leurs réinscriptions dans les dictionnaires de philosophie

Chapitre 8. Cartographie philosophique et extraction de concepts (Dominique Maingueneau)

Chapitre 9. Le Vocabulaire philosophique de Lalande (1902-1903) : lexicographie spécialisée ou prototerminographie ? (Dan Savatovsky)

Chapitre 10. Terme, notion, concept. Le cas exemplaire du Vocabulaire de Lalande (Dominique Ducard)

Avant-propos. Organisation du livre et présentation des contributions (Frédéric Cossutta)

1. La fabrique des concepts philosophiques en contexte

Cet ouvrage n’entend pas répondre à la question : « qu’est-ce qu’un concept philosophique ? » mais se demande comment les philosophes, au plus près de leurs analyses et dans leurs textes, élaborent, fabriquent, faut-il dire créent, des concepts1. Par quels procédés de construction et de mise en œuvre liés à un travail d’énonciation et d’écriture procèdent-ils à leur définition, à leurs distinctions et caractérisations respectives, à leur mise en relation dans un champ sémantique structuré, à leur mise au travail dans des enchainements d’analyse et d’argumentations, à l’édification d’un vocabulaire spécifique qui signe leur philosophie? En un mot, les contributeurs se demandent quel est le mode de constitution langagière, textuelle et discursive, des concepts philosophiques en contexte, et pour répondre à cette question se penchent sur la fabrique des concept à même les textes qui les font émerger. 

Le contexte est d’abord celui des corps de doctrine constituant le site d’origine des concepts, qu’ils soient considérés comme un moyen privilégié de l’exercice philosophique, selon des formes différentes depuis Aristote jusqu’à Husserl en passant par Leibniz ou Kant, ou qu’on en critique l’usage, quitte à devoir réinventer une prose proto, para, ou post-conceptuelle sur les décombres de la conceptualité, comme c’est le cas de Nietzsche, Kierkegaard, Bergson, Wittgenstein, Levinas ou Derrida. 

Le contexte, plus largement, est ensuite le lieu de leur réinscription lorsque, détachés de l’œuvre où ils ont été produits, crées ou re-sémantisés, ils essaiment et circulent, formant un patrimoine commun retravaillé par les philosophes, transitent dans l’espace public (ils sont à la fois doctrinalement marqués et porteurs d’un sens général) et se voient recontextualisés dans des commentaires, des gloses, ou condensés sous la contrainte et l’aléa d’une liste alphabétique comme c’est le cas des dictionnaires et des lexiques philosophiques.

2. Une approche interdisciplinaire au croisement de l’analyse textuelle et de l’analyse du discours

Etudier l’élaboration conceptuelle comme l’effet d’une pensée en acte, appréhender les concepts en contexte à travers l’activité qui les met en œuvre en privilégiant ces deux modes de contextualisation ne préjuge pas encore de l’angle d’investigation adopté. Faut-il conduire des analyses textuelles en immanence, ou rapporter les textes à leurs conditions de production, sans pour autant verser dans une sociologie de la philosophie ?2 Les auteurs de ce livre s’accordent sur la nécessité d’une investigation privilégiant l’étude du mode de constitution langagière et discursive des concepts philosophiques. Pour répondre à cette question, ils se penchent sur la fabrique des concepts analysés à même les textes qui les font émerger. Les méthodologies envisagées par les auteurs se distinguent par le choix de leur inscription théorique.

Ce volume réunit en effet des spécialistes en science du langage qui se donnent la philosophie comme un de leurs objets d’étude parmi d’autres ainsi que des philosophes soucieux d’appréhender la philosophie par l’étude de ses formes sans céder au formalisme3. Le livre bénéficie ainsi, sous l’unité d’une question (celle de la fabrique des concepts philosophiques) et sous un plus petit dénominateur commun méthodique (le souci du langage des philosophes) d’une diversité de points de vue dans une perspective interdisciplinaire4.

Les travaux de Véronique Brière, spécialiste de philosophie antique et d’esthétique, portent principalement sur Aristote, avec pour souci de comprendre au fil du texte comment s’élabore sa pensée par un travail sur la langue grecque.

Jean-François Bordron appuie sa réflexion de philosophe sur la sémiotique post-greimassienne et a synthétisé ses travaux sur la philosophie dans Le discours spéculatif. Approche sémiotique (Bordron 2016). 

Frédéric Cossutta, sans renier son statut de philosophe, a tenté de constituer l’analyse du discours philosophique en domaine disciplinaire à part entière en proposant des catégories permettant de comprendre l’intrication entre les schèmes spéculatifs d’une philosophie et ses modes d’exposition ou ses choix génériques (Cossutta 1995, 2009). 

Pascale Delormas (Delormas 2013) et Dominique Maingueneau  s’inscrivent dans le cadre de l’école française d’analyse du discours, Dominique Maingueneau ayant lui aussi proposé une synthèse de son approche de la philosophie dans La philosophie comme institution discursive (Maingueneau 2015). 

Dominique Ducard, entre linguistique et sémiotique dans la lignée de la linguistique d’Antoine Culioli, s’attache à comprendre les processus sémiotiques au-delà du niveau de la phrase. 

Alain Lhomme, philosophe lui aussi, s’intéresse à la dimension stylistique de la philosophie, le style étant sans doute moins à comprendre en référence à la stylistique de Spitzer qu’à une inspiration venue de Granger, puisqu’il cherche à comprendre d’un point de vue poiétique et rhétorique la nature des figures de pensée qui se déploient dans les textes philosophiques (Lhomme 2019).

Mathilde Vallespir développe une sémiotique littéraire comparée (Vallespir 2012) qui la conduit à accorder une attention particulière au statut des métaphores et à l’écriture de Derrida, croisant ainsi largement la question du concept (Vallespir 2015, 2017).

Dan Savatovsky, linguiste et spécialiste, entre autres, des questions de terminologie, a codirigé un numéro de la revue Langages consacré à la  « Genèse de la terminologie contemporaine. Sources et réception ». 

Antonia Soulez, depuis ses travaux sur la grammaire philosophique de Platon, est une philosophe soucieuse de la « la prose conceptuelle » qu’elle a analysée en particulier chez Wittgenstein (Soulez 2003). Elle s’intéresse aux opérations déflationnistes antimétaphysiques de ce philosophe (Soulez 2016). 

3. Organisation du livre et résumé des contributions

La double contextualisation que nous venons d’évoquer (cotexte et contexte), croisée avec les intérêts de recherche des auteurs, offre son principe d’organisation à ce volume. Un premier ensemble (Parties I et II) est consacré à la fabrication des concepts en contexte textuel et doctrinal (la partie I privilégiant les modes de conceptualisation « réguliers », la partie II les philosophies critiques du concept). Un second ensemble (Partie III) est consacré à la circulation des concepts et à leur recontextualisation dans des ensembles structurés alphabétiquement comme les index et les dictionnaires de philosophie.

Frédéric Cossutta, dans un chapitre introductif (Chapitre 1), s’interroge sur la nature des méthodes à mettre en œuvre pour échapper au paradoxe du concept de concept qui conduit à définir les concepts philosophiques d’un point de vue philosophiquement marqué ou, inversement, à en manquer l’analyse en se déportant vers des approches extra-philosophiques. La logique, la sémantique et la lexicologie, permettent bien d’envisager les concepts sous l’angle assertif ou apophantique pour reprendre le terme aristotélicien, ou sous l’angle terminologique. Mais elles ne se soucient pas d’en analyser la fabrique à même les textes où ils sont produits ou dans les pratiques qui les mettent en œuvre et les font circuler. Pour ce faire, il est nécessaire de considérer les opérations énonciatives, stylistiques, rhétoriques, figuratives, qui font des concepts l’effet du travail d’une pensée en acte. La dynamique discursive qui articule « sens posant et  sens posé », « thématisation et paradigme » développée par Cavaillès en offre un schème pertinent. 

La première partie appréhende la façon dont s’élabore ce qu’on pourrait appeler un mode de conceptualisation régulier, (ce qui ne veut pas dire totalement indemne de toute  dimension métaphorique ou imagée), inscrit dans une tradition apophantique qui va d’Aristote à Althusser en passant par Kant et Husserl.

Véronique Brière (Chapitre 2) montre que le terme de « catégorie » joue un rôle crucial pour comprendre l’histoire de la fabrication des concepts car il offre une matrice qui sera un modèle dominant dans l’histoire de la philosophie, dans le monde islamique et en Occident.

Mais on ne peut saisir le sens de cette notion de « catégorie » ni sa postérité dans la langue philosophique, ni sa relation avec la notion de « concept » qui articule les théories de la connaissance et celles du langage, sans comprendre comment et pourquoi Aristote a élaboré et constitué comme instrument logique, sémantique, et ontologique, dans son propre usage de la langue grecque, la notion de katêgoria. L’article développe les étapes par lesquelles Aristote donne à ce terme la consistance philosophique qui lui a fait désigner non seulement un acte discursif (une « prédication », « attribution »), mais aussi l’acte noématique lui-même par lequel la pensée et le logos déterminent des relations existentielles et logiques entre des choses, ou des concepts de choses.

La sémiotique intégrant l’ensemble des modes de constitution du sens est à même d’expliciter la présence de dimensions iconiques là où on ne l’attendrait pas, comme le montre Jean-François Bordron (Chapitre 3) à propos du processus de construction des concepts en philosophie. Sur l’exemple du concept d’histoire chez Althusser, il montre comment opère le concept lorsqu’il n’est pas simplement doté d’un domaine d’objet au sens extensionnel que lui donne la logique. Althusser, par différence avec Hegel, élabore ce concept en fonction d’une architecture méréologique, d’une topologie et d’une dynamique qui dépendent d’une propriété iconique du concept, ici une image de totalité spatiale. L’auteur, mettant son propos à l’épreuve d’autres philosophies comme celles de Bergson ou Virno, peut conclure que « la construction iconique appartient à la nature même du concept » et qu’ « il y a… une logique iconique qui régit et guide la construction du concept » et donc qui en assure l’efficacité philosophique. 

Alain Lhomme (Chapitre 4), s’interrogeant sur les raisons pour lesquelles l’analyse du discours philosophique semble avoir quelque mal à prendre pour objet la question du concept, entreprend, pour lever cette résistance, d’interroger les théories classiques du concept, tant dans le champ de la logique formelle que dans celui des mathématiques. En mobilisant la catégorie de « thématisation », déjà présente chez Husserl et appliquée par Jean Cavaillès aux mathématiques, il montre que celle-ci peut être transposée de façon pertinente pour penser d’une manière générale le processus d’engendrement des concepts, à condition de porter la notion aristotélicienne de paronymie au-delà de la simple substantivation, jusqu’à la suffixation de formes adjectives ou verbales. On peut alors comprendre les opérations de grammaticalisation et de sémantisation à l’œuvre dans les modes de conceptualisation proprement textuels. Un exemple en est donné, dans le champ de la philosophie, à partir de la recontextualisation, par Levinas, du concept d’existence.

Dans la seconde partie, les contributeurs s’intéressent à ce qu’on pourrait appeler une prose philosophique post-conceptuelle qui, à partir d’une critique du concept, se doit de réinventer des termes ou des expressions susceptibles de faire sens si on ne veut renoncer à la vocation philosophique. Ces philosophies « post-conceptuelles » relèvent aussi bien de la philosophie du langage, comme chez un Wittgenstein, que de philosophies comme celles de  Bergson, Levinas ou que d’une perspective de déconstruction chez Derrida.

Antonia Soulez (Chapitre 5) se propose de caractériser l’espèce de perceptualité que réclamerait une langue en concepts à partir du renversement opéré par Wittgenstein contre la thèse objectiviste d’un « contenu conceptuel » chez Frege. Le concept n’est pas seulement un outil de pensée car c’est à l’aide de concepts que la philosophie s’écrit. On peut parler d’une prose conceptuelle sans pour autant parler d’une créativité conceptuelle au sens où l’entend Deleuze ni d’un vécu qui leur serait lié comme dans l’approche stylistique de Granger.

Wittgenstein développe une réflexion qui n’a pas d’égal et qui surprend car elle fait « descendre » les concepts philosophiques au même niveau que ceux de « table », « chaise », ramenant la langue spéciale des philosophes au plan du langage ordinaire. C’est que les concepts ordinaires sont ancrés dans un contexte qui donne vie à leur usage. L’auteure montre sur l’exemple du terme « objet » comment la seconde philosophie de Wittgenstein s’éloigne de la doctrine logique de l’objet encore présente dans le Tractatus, conception sémantique qui fait de l’objet un pôle de référence de l’objectivité, et le fait descendre à l’ordinaire dans le cadre des jeux de langage et des prédicats de ressemblance de famille qui le mettent en contexte d’usage, au service d’une orientation de la conduite de la vie.

Pascale Delormas (Chapitre 6) s’intéresse à De l’existence à l’existant et en particulier à la façon dont Levinas élabore une écriture, une terminologie anti-conceptuelles, sans céder pour autant au lyrisme de l’immédiateté ni au vertige des images. Elle explicite le travail d’écriture par lequel se trouvent reconfigurées les exigences maintenues d’une expression philosophique par delà la destitution de la conceptualité et de l’ontologie métaphysique qu’elle sert. Le concept étant inapte à « traduire » ce qui fait le propre de l’existence, elle montre comment le philosophe doit forger une manière de dire, un style non orthodoxe qui échappent aux canons habituels du discours philosophique, tout en s’adressant à la communauté des philosophes. Pascale Delormas met en évidence chez Levinas le langage prosaïque comme le recours à la littérature, des structures syntaxiques éclatées et le terme de « concept vague ». Enfin, elle interroge à nouveaux frais l’usage du concept en philosophie en mobilisant l’expression ancienne de concetto. Elle insiste également sur l’influence des études hébraïques dans lesquelles Levinas était impliqué.

Mathilde Vallespir (Chapitre 7) consacre sa contribution à l’analyse de la déconstruction derridienne qui s’applique en particulier au concept, clef de voûte de ce logos ou de cette « logique formelle » qui fonde la métaphysique occidentale. Une philosophie qui s’affirme comme déconstruction ne peut que s’en prendre à une telle entité, en en fustigeant les défauts et en en marquant les limites. Mais tout l’enjeu consiste à se demander si, étant à la fois construction et destruction, la dé-construction n’a pas aussi pour fin de lui substituer une entité philosophique qui lui soit préférable. L’auteure, en analysant avec précision les stratégies mise en œuvre par Derrida dans « La Pharmacie de Platon » pour déconstruire le lexique du  pharmakon utilisé par Platon dans le Phèdre, entend mettre à nu la mise en scène ostentatoire par laquelle il conduit une reconfiguration conceptuelle qui n’est pas sans effet sur la façon dont il conçoit le discours philosophique. En effet, n’est-ce pas nécessairement réécrire Platon que de faire jouer la circularité entre le renvoi du texte commenté à son écriture et de celle-ci à l’écriture du commentaire ? Dans la mesure où sans cesse mode d’écriture et objet de l’analyse renvoient l’un à l’autre, non selon une transparence réflexive propre à l’ontologie métaphysique mais sur le mode d’un excès ou d’un supplément propres à la dissémination, se déploie désormais dans l’œuvre de Derrida une écriture en travail qui pose les conditions d’une reconfiguration de la conceptualité.

La troisième partie est consacrée au second type de contexte, celui d’une philosophie « hors les murs » doctrinaux, celui d’une conceptualité nomade où les concepts sont détachés de leur ancrage dans les œuvres et les textes et sont repris et reconfigurés dans les pratiques liées à la transmission de la philosophie et dans les genres textuels seconds qui s’y rapportent, comme le commentaire ou les lexiques et dictionnaires de philosophie. 

Dominique Maingueneau (Chapitre 8) , dans une perspective d’analyse du discours, étudie ce processus d’extraction des concepts d’un texte philosophique, en étant attentif aux pratiques institutionnelles et aux acteurs qui assurent la transmission et le maintien du corpus philosophique. Dans la mesure où le discours philosophique se présente à la fois comme un réseau d’appareils, un champ où s’affrontent des positionnements doctrinaux et une archive, le concept contribue à la façon dont la philosophie doit produire des représentations cartographiques de l’ensemble de son espace passé et présent. Par leur travail de maillage d’un territoire conceptuel, les philosophes lexicographes font « tenir » l’espace philosophique en multipliant les relations entre les textes qu’il enferme, et contribuent ainsi à faire exister ce qu’on pourrait appeler l’enceinte philosophique. 

L’auteur illustre son propos par un exemple ; il se demande ainsi à quelles conditions le terme « agrégat » pourrait se voir extrait d’un texte de Leibniz, alors que le terme de « monade » est d’emblée marqué comme concept leibnizien. Il envisage également le cas où l’extracteur devient un co-créateur de concepts, comme on peut le voir à propos du concept de « dispositif », que Foucault reprend à ses commentateurs. Enfin, il s’interroge sur la duplicité du concept en philosophie : fait-il partie d’un texte ou d’une doctrine ? Certes, les concepts prennent sens à l’intérieur des textes où ils sont élaborés, mais une doctrine ne se réduit pas à un texte ou un groupe de textes.

Les deux chapitres suivants accordent une attention particulière aux dictionnaires et lexiques philosophiques qui façonnent un vocabulaire de spécialité ou une langue commune aux philosophes, mettant des listes de définitions au service de la transmission et de l’apprentissage de la philosophie5. Ils sont tous deux consacrés au fameux Vocabulaire technique et critique de la philosophie d’André Lalande.

Dans sa contribution, Dan Savatovsky (Chapitre 9), s’interroge sur le statut lexicologique du célèbre Vocabulaire technique et critique de la philosophie dirigé par André Lalande. La reconfiguration que subissent les concepts dans les vocabulaires et dictionnaires de  philosophie relève t-elle d’une « lexicographie spécialisée » ou d’une « proto-terminographie » ?

Rédigé à une époque où les dictionnaires de philosophie fleurissent partout en Europe pour fixer, unifier et rationaliser la terminologie conceptuelle, le dispositif lexicographique du Lalande présente des particularités épistémologiques et lexicographiques intéressantes. L’auteur se demande si un tel dictionnaire n’est qu’un dictionnaire de la langue des philosophes, mais alors comment l’identifier et la délimiter ? Ou s’il s’agit d’un inventaire des concepts philosophiques assortis de définitions, à moins qu’il ne faille chercher un mixte entre l’option lexicographique et l’option terminologique.

En effet, un dictionnaire de ce type est aussi une œuvre philosophique dans la mesure où il se veut un instrument au service d’une certaine conception de la philosophie et de ses finalités. A l’origine il s’agit de fixer des règles langagières communes à la communauté des philosophes professionnels en vue d’une entente rationnelle. La genèse du dictionnaire repose sur les travaux collectifs de la Société française de philosophie mais les discussions préalables à la rédaction de chaque notice marquent en fait (comme on le constate dans les notes) les désaccords entre ses membres. L’auteur décrit les aspects techniques de présentation du dictionnaire et les conceptions sémantiques « sauvages » qui en limitent la rigueur d’un point de vue lexicologique, ce qui n’empêche pas un succès que justifie l’usage qu’en firent les lecteurs de philosophie.

Dominique Ducard (Chapitre 10) expose et explicite lui aussi la nature de l’entreprise de « définition sémantique » des mots de la philosophie que fut ce Vocabulaire technique et critique de la philosophie d’André Lalande. Destiné aux utilisateurs de concepts plutôt qu’aux « créateurs » et, par les intentions de l’auteur et la méthode de travail collectif qu’il instaura, il plaça la langue et le discours au cœur de la réflexion. Si, selon Deleuze et Guattari, « la philosophie c’est l’art de former, d’inventer, de fabriquer des concepts », et donc une perpétuelle innovation dans la tradition, ce dictionnaire est également un répertoire destiné à stabiliser le vocabulaire spécifique d’une discipline. Il a une vocation normative et éthique car il vise, comme « guide détenteur du code de l’usage légitimé, image et mémoire de la langue » pour une communauté de locuteurs, l’accord des esprits, contre les risques de méprise et de division des savoirs. Il se fonde idéalement sur un système de notation à portée universelle reposant sur des « définitions sémantiques », des gloses explicatives des significations assignées aux termes, même s’il est difficile d’échapper complètement à l’encyclopédisme et à l’exposé doctrinal.

Pourtant, l’exemple de la discussion introduite par Bergson sur le terme d’ »immédiat », ainsi que sa critique du statut des définitions, montre qu’il n’y avait pas d’unanimité au sein de la Société française de philosophie concernant la nature des concepts philosophiques. La théorie de l’énonciation d’Antoine Culioli qui place au cœur de l’activité du langage les opérations de représentation, de régulation et de référenciation (et donc les relations entre les mots et la notion, la valeur référentielle et l’état de choses), permet de comprendre ce qui est en jeu dans l’opposition apparente entre une définition rationnelle du vague de la notion représentée par le terme « immédiat » (pour Lalande) et son impossibilité (pour Bergson). L’auteur montre alors qu’en s’appuyant sur les opérations de construction de la « notion » dans les termes de cette théorie, il est possible de donner une consistance linguistique à la formation et au statut des concepts philosophiques.

  1. Sept contributeurs de ce volume font partie du Groupe de recherche sur l’analyse du discours philosophique qui a mis à son programme de séminaire mensuel de 2014 à 2016 (intitulé: « Notions, catégories, concepts en philosophie ») la question du concept et de ses modes d’élaboration, de circulation et de recondensation dans de nouveaux ensembles textuels. À l’occasion de journées d’étude ou de présentations dans le séminaire, le groupe a proposé à des intervenants extérieurs d’enrichir ses travaux, ce dont témoignent dans ce volume les contributions de Dominique Ducard, Antonia Soulez et Dan Savatovsky. []
  2. Ces questions sont discutées dans un numéro spécial de la revue en ligne Argumentation et Analyse du Discours n° 22 (Cossutta et Maingueneau (éds) 2019). Pour un point sur les questions du privilège respectif à accorder à l’analyse de discours ou à l’analyse textuelle, voir l’introduction générale ainsi que l’article d’Alain Lhomme dans le même numéro (Lhomme 2019). Les références éditoriales des ouvrages cités dans cet Avant-propos figurent dans la bibliographie du Chapitre 1. []
  3. Sans compter qu’un certain nombre de participants ont une double appartenance. []
  4. Que le lecteur ne s’étonne pas de la disparité quantitative des contributions, carte blanche avait été donnée aux auteurs sur ce point. []
  5. En appendice on a ajouté une note sur le statut des index qui réorganisent alphabétiquement un univers conceptuel en le rapportant à ses lieux textuels. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.