Journée d’étude: La voix de son maître, vendredi 10 janvier

Vendredi 10 janvier 2020, à partir de 9h30, se tiendra, à la Maison de la Recherche (salle D323), une journée d’étude consacrée à la relation maître/disciple en philosophie et dans les écritures de fiction. La journée est organisée par le GradPhi en collaboration avec le séminaire « Philosophie, Art et Littérature » (Paris 8, EA STIH).

La relation entre maître et disciple n’est sans doute pas aussi valorisée aujourd’hui que par le passé. Elle joue pourtant un rôle crucial dans l’activité philosophique car la constitution et la diffusion d’une doctrine sont indissociables de sa transmission, que celle-ci prenne la forme d’une initiation interpersonnelle ou d’un enseignement dans des cadres institutionnels historiquement définis. Depuis Platon au moins, cette relation où se joue la création et le partage d’une pensée est tramée dans l’écriture, comme l’indique par exemple l’interaction du maître avec son disciple comme personnages de fiction dans le genre textuel du dialogue philosophique. C’est ce rapport entre une relation personnelle et son ombre portée dans l’écriture que cette journée se propose d’explorer.

Le disciple lui aussi parle et écrit, et on portera attention à la façon dont son écriture se noue à celle du maître ou s’en sépare. Le disciple est-il la voix de son maître, son porte-voix, un simple épigone au style mimétique ou celui qui, par le jeu de reformulations, de déplacements conceptuels, prolonge la pensée du maître ou finit par produire une pensée neuve ?

En revanche, pour l’écriture de fiction la relation entre maître et disciple semble passer par des voies moins évidentes. On peut se demander pour quelles raisons et sous quelles formes elle se trouve déplacée.

Programme de la journée

9h00 Accueil et café

MATINÉE

PRÉSIDENCE DE SÉANCE : Mathilde Vallespir (Sorbonne Université)

9h30 Les maîtres sans voix, Frédéric Cossutta (Gradphi)

10h10 La relation maître / disciple dans les écoles philosophiques athéniennes, Pierre Vesperini (CNRS, ANHIMA, Paris)

10h50 Pause

11h10 Écrire en maître ignorant : le pari « intéressant parce qu’impossible » de Jacques Rancière, Stéphanie Péraud-Puigségur (Université de Bordeaux, Laboratoire SPH, EA 4574)

11h50 La voix du maître, François Noudelmann (Université Paris 8, New York University)

12h30 Déjeuner

APRÈS-MIDI

PRÉSIDENCE DE SÉANCE : Alain Lhomme (Gradphi)

14h00 Les maîtres anciens, Bruno Clément (Université Paris 8)

14h40 Une littérature sans maître ? Dominique Maingueneau (Sorbonne Université)

15h30 Table ronde


Vendredi 10 janvier 2020, 9h30, Maison de la Recherche, 28, rue Serpente, 75006 Paris, salle D323.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.