AAD 22: parution d’un numéro sur l’analyse du discours philosophique!

Le dernier numéro de la revue en ligne Argumentation et Analyse du Discours, consacré à l’analyse du discours philosophique, et dirigé par Frédéric Cossutta et Dominique Maingueneau, est sorti!

Studenti universitari (Museo civico medievale a Bologna). Crédits: Sailko.

Table des matières

Présentation du numéro

S’il est vrai que l’analyse du discours philosophique occupe une place relativement marginale au sein des étude d’Analyse du discours comme dans le paysage philosophique français, cette discipline se développe cependant depuis trente ans avec un nombre de productions conséquentes que nous nous proposons de mettre en perspective dans ce numéro 22 d’ Argumentation et Analyse du Discours. Nous voudrions, sans revenir sur les questions fondatrices qui portaient sur les obstacles épistémologiques et les conditions de possibilité d’une telle entreprise, tenir compte des acquis afin de mettre en valeur la façon dont cette approche a tenté, dans la diversité de ses méthodes et des travaux qui ont été conduits en son nom, de transformer la perception et la compréhension que nous avons de la philosophie.

L’analyse du discours philosophique ne s’est pas constituée en domaine disciplinaire de façon récente. Elle s’est développée comme un sous-domaine disciplinaire associé aux courants français d’Analyse du discours. Un numéro manifeste de Langages (le numéro 119 de septembre 1995) avait explicité les problèmes épistémologiques liés à un tel projet et esquissé ses enjeux  programmatiques1. Depuis cette date, en grande partie dans le cadre du Groupe de recherche sur l’analyse du discours philosophique, de nombreux travaux sont venus donner consistance et ampleur à ce programme qui, certes, surtout auprès de la communauté des philosophes, a rencontré maintes résistances, mais a montré aussi sa fécondité. La particularité de ce groupe de recherche est de ne pas s’être laissé enfermer dans une obédience méthodologique ou théorique, mais de s’être ouvert, par la diversité de ses membres et des relations qu’il a établies avec certaines équipes de recherche, à la diversité des approches sensibles à la dimension langagière, textuelle et discursive de la philosophie2.

Ce souci d’ouverture se fonde sur la prise en compte des deux acceptions que peut prendre l’expression « Analyse du discours philosophique » selon la façon dont on en définit le centre de gravité. Une « Analyse du discours (philosophique) » fait de la philosophie un type de discours parmi d’autres susceptible d’être exploré grâce aux méthodes et aux catégories issues du courant français de l’Analyse du discours, comme en font foi les personnalités reconnues dans ce domaine présentes dans ce volume. Mais si l’on déplace l’accent en écrivant « Analyse (du discours philosophique) », on élargit la perspective en supposant que les formes de l’analyse peuvent présupposer des choix méthodologiques diversifiés. Nous avons certes délibérément choisi de privilégier la première option pour être fidèle à l’esprit de la revue  Argumentation et Analyse du Discours, mais sans perdre de vue le fait que d’autres approches sont possibles3, comme en témoignent trois contributions qui interrogent de façon critique le rapport entre les méthodes et les textes auxquelles elles s’appliquent, mettant ainsi en évidence une certaine porosité entre le texte/objet et les méthodes par lesquelles on en conduit l’investigation, ou qui s’interrogent sur le privilège respectif à accorder au discours ou au texte.

Les contributions présentées ont le souci de prendre en considération la multiplicité des formes d’exercice de l’activité philosophique en mettant certaines des catégories proposées par l’analyse du discours philosophique à l’épreuve de corpus empruntés à un registre diversifié de pratiques et d’œuvres philosophiques : œuvres majeures du thésaurus mais aussi textes seconds et qui ne sont secondaires qu’en apparence, depuis la présence de la philosophie dans les médias, jusqu’aux œuvres qui, par leur sophistication d’écriture, semblent résister à toute prise analytique, voire prétendent subvertir philosophiquement l’analyse du discours. Cela transforme le regard que nous portons sur la philosophie qui n’est pas seulement faite de grands systèmes, mais s’inscrit dans des pratiques et des institutions qui font de la philosophie une activité associée à un contexte dont elle dépend autant qu’elle en est un facteur de transformation. En effet, il y a de la philosophie « hors les œuvres », celle  des discours seconds, qui mettent les textes premiers en relation les uns avec les autre comme avec d’autres univers langagiers par la glose et le commentaire, qui en extraient formules et concepts parfois réinscrits dans des recueils ou des lexiques, celle qui s’adresse à des publics non spécialisés à travers la vulgarisation et les médias. Ce bruissement de la parole philosophique assure la transmission des corps de doctrine, tisse des fonds discursifs sur lesquels se dessinent continuités et ruptures qui finissent pas donner à la philosophie la profondeur sécurisante de sa propre histoire et paradoxalement le sentiment d’être atemporelle, alors même que ses conditions d’exercice se transforment dans le temps.

Considérer la philosophie par le biais de sa dimension discursive, c’est donc rompre avec deux tendances opposées, celle de l’histoire de la philosophie et des études doctrinales, qui l’appréhendent en immanence ou, inversement, comme en témoigne la sociologie de la philosophie, celle qui consiste à ne considérer que la position et les stratégies des acteurs philosophes dans un champ sans vraiment prendre en compte leur doctrine.

Les premiers gestes de l’Analyse du discours philosophique consistent au contraire à essayer de tenir ensemble la considération du texte et du contexte en montrant qu’ils sont comme l’envers et l’endroit d’une même feuille de papier, l’institution discursive de la philosophie étant indissociable de son instauration discursive, la scénographie construite par les textes aussi bien que les formes orales du philosopher reposant sur une boucle réversible entre l’image que la philosophie construit de son inscription dans un champ et la façon dont elle dépend de, puis modifie ce champ

Frédéric Cossutta et Dominique Maingueneau



  1. F. Cossutta, « Pour une analyse du discours philosophique », dans L’analyse du discours philosophique, Langages n° 119, 1995, p. 12-39. []
  2. La collection “Le Discours philosophique” développée chez Lambert-Lucas a encore élargi cet horizon en s’ouvrant à une multiplicité d’approches et de type d’objets. []
  3. Ou comme en témoigne aussi, dans la collection évoquée dans la note précédente, la présence d’une approche sémiotique, avec le livre de Jean-François Bordron, Le Discours spéculatif. Une approche sémiotique (Limoges, Lambert-Lucas, 2016). []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.