Présentation du GradPhi

Le Groupe de recherche sur l’analyse du discours philosophique a été fondé en 1993 par Frédéric Cossutta dans le cadre de sa Direction de Programme au Collège international de Philosophie. Il a été ensuite rattaché au CEDITEC (Centre d’étude des discours, images, textes, écrits, communication, Équipe d’accueil n°3119, Créteil-Paris-Est-Val de Marne, dans l’axe « L’étude des discours, concepts et méthodes » dirigé par Dominique Maingueneau. Il a été accueilli dans les locaux de Paris III puis de Paris IV par D. Maingueneau et M. Valespir.

Il rassemble des spécialistes d’analyse du discours, des linguistes, des philosophes ou historiens de la philosophie soucieux d’appréhender les œuvres philosophiques par l’analyse de leurs dimensions discursives. Le groupe se réunit mensuellement en séminaire fermé autour d’un programme de travail annuel ou bisannuel. Il s’agit de lier une réflexion épistémologique (à quelles conditions, moyennant quelles précautions peut-on lire les textes des philosophes par le biais de l’étude de leurs modes d’expression ?), une investigation de certaines des grandes opérations discursives à l’œuvre dans le philosophique (l’argumentation, le régime de l’image et de la fiction, le statut du dialogue comme genre ou de la polémique, la question du style ou des vies des philosophes…) et l’étude détaillée et suivie d’œuvres de la tradition (Platon, Descartes, Bergson, Derrida). Ces travaux ne tendent pas seulement à mettre en évidence d’un point de vue descriptif certaines constantes ou régularités de l’écriture et des textes des philosophes, (statut des genres, modalités d’énonciation ou registres sémiotiques), mais visent une portée heuristique en offrant des données permettant de renouveler la lecture de certaines œuvres, les outils utilisés ne trouvant leur justification ultime que dans l’intelligibilité accrue qu’ils nous en procurent.

Ce petit groupe fonctionne comme un laboratoire où chacun confronte dans une libre discussion ses options méthodologiques initiales et les met à l’épreuve de lectures collectives de fragments de textes ou d’œuvres suivies étudiées dans leur détail. Il ne s’agit pas de dégager artificiellement une unanimité théorique, ses membres n’ayant pas nécessairement le même point de vue sur le statut de la philosophie ni sur les méthodes de lecture (linguistique des opérations, stylistique des figures de pensée, sémiotique, école française d’analyse du discours peuvent s’y côtoyer, à côté d’ancrages en philosophie et histoire de la philosophie). La nature du rapport entre discours philosophique et méthodes d’analyse donne lieu à des appréciations diverses, pour les philosophes, les outils enrichissent un projet de compréhension renouvelé de la philosophie, pour les spécialistes des sciences du langage, le discours philosophique n’est qu’un type de discours parmi d’autres. Cependant les membres du groupe partagent au moins deux convictions fondamentales qui suffisent à assurer les conditions d’un travail collectif : en premier lieu l’idée que, sans nécessairement s’y réduire, en philosophie, la constitution du sens dépend d’un procès discursif qui n’est pas que textuel mais s’élabore dans des usages, des pratiques, des instituions. En second lieu qu’il est possible d’appréhender objectivement une part importante des supports discursifs de l’activité spéculative. Ce qui suppose un accord sur l’autonomie relative du moment de la lecture méthodique qu’on ne saurait rabattre sur une herméneutique ni sur une approche déconstructive. Chacun peut ensuite utiliser librement les résultats de ces travaux pour construire une interprétation de la doctrine ou conforter son modèle général du discours (en général, plusieurs années de travail sur un thème donnent lieu à une journée d’étude et une publication collective où chaque membre du groupe présente un travail personnel en lien avec sa participation aux travaux collectifs).

Conduire ces investigations dans le cadre d’un séminaire fermé est la condition d’un suivi et d’un approfondissement théorique. Cette règle est cependant indissociable d’une volonté d’ouverture, qui se traduit par des collaborations internationales, par l’accueil de jeunes chercheurs, par la présentation publique des résultats. Journées d’études, colloques et publications permettent d’effectuer des synthèses sur les recherches en cours et d’ouvrir un débat fécond avec des chercheurs appartenant à d’autres horizons. Les éditions Lambert-Lucas accueillent dans la collection Le discours philosophique les plus récents de ces travaux.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.