Lire Derrida ? (2015)

Dominique Maingueneau & Mathilde Vallespir (éd.), Lire Derrida? Autour d’Éperons. Les styles de Nietzsche, avec le soutien de l’université Paris-Sorbonne, Limoges, Lambert-Lucas, « Le Discours philosophique », 2015.

Couverture de Lire Derrida? (Lambert-Lucas, 2015)

Présentation de l’ouvrage

Comment lire Derrida lorsqu’on n’est pas derridien ? Sa philosophie exclut par avance toute lecture qui serait surplombante, que celle-ci relève de l’histoire de la philosophie ou de toute autre approche métaphilosophique. Mais l’impertinence exigerait tout autant le renversement de la question : comment lire Derrida quand on est derridien ? On ne peut qu’écrire avec lui, comme lui. N’a-t-il pas en effet disqualifié la différence même entre écriture et commentaire ? Comment dès lors l’analyser sans se laisser contaminer par les effets déconstructifs induits par son écriture, ni le trahir par une distance telle qu’elle ferait perdre la spécificité de son style philosophique ?
C’est le défi que les contributeurs de ce livre s’efforcent de relever en proposant des analyses croisées d’Éperons. Les styles de Nietzsche dont la lecture s’avère à cet égard particulièrement pertinente puisqu’elle pose directement — tout en les liant à la question du féminin et de la différence sexuelle — les questions du style et de l’herméneutique.
Les études proposées, inscrites dans différents champs disciplinaires — philosophie, analyse de discours, sémiotique et stylistique —, permettent de mesurer à quel point l’on peut faire droit à l’originalité de Derrida sans le poser comme indéchiffrable, et mettre à jour les caractéristiques d’une parole philosophique qui, tout en mimant la pratique traditionnelle du commentaire, entend produire un nouveau mode d’énonciation philosophique.

Table des matières

Introduction par Dominique Maingueneau et Mathilde Vallespir (p. 7)

Éperons. Les styles de Nietzsche. Un texte indéchiffrable? par Frédéric Cossutta (p. 13)

Derrida et l’expérience de l’image par Jean-François Bordron (p. 43)

S’accommoder aux figures. Derrida lecteur de Nietzsche par Bruno Clément (p. 55)

Théorie et pratique de la métaphore chez Derrida: figurer, dé-figurer, reconfigurer par Mathilde Vallespir (p. 69)

Par delà l’homme et la femme: l’énonciation par Dominique Maingueneau (p. 81)

Le déconstructivisme derridien. De la subjectivité dans le discours philosophique par Johannes Angermuller (p. 93)

Grammaire de l’indécidable par Alain Lhomme (p. 103)

Se rendre sur le site de l’éditeur.

Recension de l’ouvrage parue dans Acta Fabula.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search