Descartes et l’argumentation philosophique (1996)

Frédéric Cossutta (éd.), Descartes et l’argumentation philosophique, coll. « L’interrogation philosophique » (dirigée par Michel Meyer), PUF, 1996.

Présentation de l’ouvrage

Les auteurs de cet ouvrage (Jean-François Bordron, Alban Bouvier, Christophe Giolito, Dominique Maingueneau, Frédéric Cossutta) viennent d’horizons différents (sémiotique, sociologie cognitive, histoire de la philosophie, analyse du discours), mais ont en commun le souci de ne pas réduire les œuvres philosophiques à leurs seules structures doctrinales, et prennent en considération leurs dimensions spécifiquement langagières et discursives. Ils s’interrogent sur la nature de l’argumentation philosophique, et proposent des modèles théoriques, permettant de relier les contraintes qu’une doctrine se donne dans la recherche de sa légitimité, avec les formes expressives présidant à leur mise en œuvre. Le cartésianisme offre, à ce titre, un exemple particulièrement éclairant, puisqu’il prétend refuser le recours aux figures de rhétorique comme aux procédés scolastiques, et veut élaborer des formes d’expression qui garantissent simultanément la véracité et la communicabilité de son propos. En étudiant la langue, les modes d’exposition, les genres, les formes énonciatives et narratives adoptées par Descartes dans ses écrits, les contributions ici réunies montrent que, sous la clarté revendiquée d’une langue qui se voudrait celle de la raison même, s’opère un travail discursif complexe. Le philosophe doit, en effet, simultanément, dire au plus près et au plus juste ce qu’exige l’enchaînement nécessaire des raisons, et composer avec les reformulations ou les voix multiples qu’imposent la conversion du lecteur et les stratégies d’institution de la doctrine. Ce travail dans l’ordre du discours n’est pas dissociable de l’effort consenti pour philosopher, et c’est le mérite d’une théorie de l’argumentation philosophique de montrer comment une pensée fait œuvre.

Table des matières

Introduction : À quelles conditions une théorie de l’argumentation est-elle possible? (p. 1)

Frédéric Cossutta

La cohérence de l’argumentation philosophique et les normes de la communication (p. 43)

Alban Bouvier

Éthos et argumentation philosophique. Le cas du Discours de la méthode (p. 85)

Dominique Maingueneau

Argumentation, ordre des raisons et mode d’exposition dans l’œuvre cartésienne (p. 111)

Frédéric Cossutta

L’éradication d’une argumentation cartésienne : Leibniz à la lecture des Passions de l’âme (p. 187)

Christophe Giolito

Contraintes génériques et argumentation. L’exemple des preuves de l’existence de Dieu dans les Méditations métaphysiques de Descartes (p. 217)

Jean-François Bordron

 

NB: L’édition papier de l’ouvrage est malheureusement épuisée. Une édition numérique est accessible sur le site de Cairn.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search