Le concept dans le discours philosophique (2016)

Séminaire du CEDITEC, organisé par Pascale Delormas à l’Université Paris-Est-Créteil, séance du 17 juin 2016

Coordination de la séance: Frédéric Cossutta & Pascale Delormas

Argumentaire

Le Groupe de recherche sur le discours philosophique a mis à son programme de séminaire mensuel depuis 2014 l’étude des modalités selon lesquelles les philosophies élaborent des termes généraux : « notions », « catégories », « concepts ». Il s’agissait moins  de privilégier une entrée lexicale cernant des champs sémantiques stabilisés dans la clôture d’univers doctrinaux que de comprendre dans le détail des textes comment les philosophes opèrent et mettent en scène le travail de conceptualisation. Ils  définissent,  reconfigurent des notions communes ou des concepts canoniques hérités, inventent des termes ou des néologismes qui jouent un rôle dans le processus d’élaboration théorique et deviennent, pour certains d’entre eux (« monade », « évolution créatrice », « différance »), une véritable signature philosophique. Aussi bien dans la tradition « régulière »  illustrée par exemple par Descartes, Leibniz ou Kant que dans les formes « irrégulières » de catégorisation pratiquées par Bergson, Lévinas ou Derrida, le discours philosophique, par des procédures énonciatives, des opérations langagières, satisfait à l’impératif d’une terminologie spécifique. Des  genres philosophiques seconds (dictionnaires, lexiques, vocabulaires) permettent à ces vocables de circuler entre les systèmes et en facilitent la stabilisation et la transmission.

Programme

14.00 – 14.10 Frédéric Cossutta Introduction

14.10 – 14.50 Alain Lhomme Le concept est-il un objet possible pour l’analyse du discours ? 

On propose de partir d’un constat: une notion comme celle de concept ne semble pas faire partie des objets considérés habituellement par les disciplines qui se partagent le champ des études textuelles, ni même par l’analyse du discours: comme si la catégorie même de concept (contrairement à celles de métaphore, d’énonciation, de narrativité, de fiction) résistait à l’analyse discursive ou textuelle.

Inversement, la philosophie et les disciplines qui lui sont habituellement associées (logique, sémantique), lorsqu’elles s’intéressent au concept, n’éprouvent absolument pas le besoin de se tourner vers le champ des disciplines textuelles : comme si le concept n’était pas un objet textuellement instanciable, comme s’il ne pouvait faire l’objet que de procédures de construction extra ou para-textuelles.

Il y a là une curieuse disjonction des champs disciplinaires, disjonction démentie néanmoins par l’existence d’une catégorie particulière de textes : les textes théoriques, et plus particulièrement les textes philosophiques.

Qui prétend rendre compte du travail de conceptualisation propre au texte philosophique doit donc commencer par examiner soigneusement le type d’obstacle épistémologique qui semble s’opposer à l’inscription du concept dans le champ de l’analyse discursive ou textuelle, en vue d’ouvrir la voie à ce travail de repérage des marques discursives ou textuelles qui seul permet de déterminer que l’on a bien affaire, à même le texte, à des structures proprement conceptuelles.

14.40 – 15.20 Mathilde Vallespir Désécrire/ réécrire le concept : l’exemple du pharmakon dans La Dissémination de Derrida

Comment la déconstruction traite-t-elle du concept, comment traite-t-elle le concept ? C’est ce que l’exemple du pharmakon dans la première partie de La Dissémination nous paraît propre à mettre en valeur. Derrida y opère son geste philosophique peut-être le plus paradoxal, sans doute le plus spectaculaire : montrer que le corpus platonicien, berceau de cette métaphysique que le philosophe n’a de cesse de traquer pour mettre en évidence son ombre portée sur toute la pensée occidentale, est le lit du déploiement d’une « conceptualité » qui a précisément pour particularité de déroger au régime conceptuel métaphysique occidental même. Nous tenterons de mettre à nu les conditions discursives d’une telle gageure, en analysant les modalités de la désécriture et de la réécriture du concept dans ce texte.

PAUSE

15.30 – 16.10 Pascale Delormas Le concept, un intraduisible ? L’exemple de De l’existence à l’existant de Levinas. 

Nous cherchons à montrer comment s’exprime dans un texte de Levinas peu commenté, De l’existence à l’existant, l’aporie concernant le statut du concept que décrivent aussi bien la phénoménologie que la philosophie analytique. Ce texte, qui compte parmi les premiers qu’il ait écrit, soutient une position intransigeante que le philosophe cherchera à nuancer par la suite. L’examen des choix langagiers mis en œuvre pour dire le refus radical de l’ontologie et la nécessité absolue de l’évitement du concept nous ont conduite à envisager une double filiation à cette pensée de la rupture. Elle autorise en effet à interroger à nouveaux frais l’usage du concept en philosophie en mobilisant l’expression ancienne de concetto et en tenant compte de l’influence des études hébraïques dans lesquelles Levinas était impliqué.

16.10 – 16.50 Dominique Ducard De la notion au concept

Deleuze et Guattari nous invitent, pour répondre à la question Qu’est-ce que la philosophie ?, à considérer la philosophie comme une « discipline créatrice » de concepts : « La philosophie c’est l’art de former, d’inventer, de fabriquer des concepts ». Nous ferons un retour à l’entreprise de « définition sémantique » des mots de la philosophie que fut le Vocabulaire technique et critique de la philosophie d’André Lalande, destiné aux utilisateurs de concepts plutôt qu’aux « créateurs », mais qui, par les intentions de l’auteur et la méthode de travail collectif qu’il instaura, plaça la langue et le discours au cœur de la réflexion. Un détour par les interventions de Bergson lors des séances de discussion du Vocabulaire en cours d’élaboration, à la Société Française de Philosophie, nous conduira à aborder la conceptualisation du point de vue de l’activité de langage, en prenant en considération les opérations de représentation et de référenciation et les rapports entre le mot, la notion, la valeur référentielle, l’état de chose, tels que la théorie de l’énonciation (Culioli) nous permet de les poser.



Citer ce billet
Charlotte Thevenet (2018, 27 février). Le concept dans le discours philosophique (2016). Analyse du discours philosophique. Consulté le 16 avril 2024, à l’adresse https://gradphi.hypotheses.org/134

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search