Formules, sentences, maximes. Détachement, transmission et recontextualisation des énoncés philosophiques (2004)

Journée d’étude organisée par Francine Cicurel et Frédéric Cossutta à l’Université Sorbonne Nouvelle–Paris 3, 4 juin 2004

(Journée organisée dans le cadre de l’ED « Langage et langues: description, théorisation, transmission », Centre de recherches DELCA-SYLED, UFR DIFLE)

Argumentaire

On se contente trop souvent d’identifier la philosophie à une doctrine caractérisée par des choix théoriques (les « ismes »), à une œuvre associée à un nom propre, à des monuments que conserve une tradition. Mais n’est-elle pas tout autant présente et active entre les œuvres, dans ce tissu interdiscursif et institutionnel qui relie entre elles les doctrines et les pratiques qui s’y rapportent ? Conservation, transmission, enseignement, commentaire, déterminent des genres textuels, souvent considérés comme seconds ou mineurs, et s’inscrivent dans des pratiques par lesquelles la philosophie devient forme de vie.

Entre la singularité d’une position doctrinale et la visée d’universalité à laquelle l’astreint sa prétention à la vérité, entre la dimension « dogmatique » des énoncés d’un système et les visées pragmatiques de préceptes ordonnés à la recherche d’une sagesse, les formes détachées (formules, thèses, sentences, maximes, aphorismes, ensemble des formes parémiques) jouent un rôle important. Elles stylisent et condensent la doctrine, tout en se présentant sous la forme générale d’une sagesse partagée, elles participent de l’efficacité de la parole philosophique, lui servent d’ambassadeur et fonctionnent comme des bannières ou  des mots d’ordre : « Pas plus », « L’homme est la mesure de toute chose… », « Connais-toi toi-même », « La mort n’est pas à craindre », « Le réel est le rationnel », « L’existentialisme est un humanisme », « L’existence précède l’essence ».

Les participants s’efforceront de mettre au jour certains mécanismes discursifs liés à la formation de  ces énoncés remarquables, à leur mode de détachement du tissu argumentatif ou analytique, à leur mode de transmission, à leur recontextualisation dans des ensembles doctrinaux ou idéologiques variés.

Programme

9 h 30 Frédéric Cossutta Détachabilité et recontextualisation des maximes philosophiques : les « diatribes » d’Épictète

10 h 15 Malika Temmar Les formes de reprise chez Merleau-Ponty

11 h 15 Jean-François Bordron Détachement et modélisation. Comment le discours théorise-t-il sa propre énonciation ? 

12 h 00 Francine Cicurel Mot d’ordre ou mot de passe : quelques réflexions sur la transmissibilité du texte philosophique

Déjeuner

14 h 30 Alain Rabatel Coénonciation, surénonciation et sousénonciation dans les énoncés détachés parémiques : le Dictionnaire philosophique de Comte-Sponville

15 h 15 Khodayar Fotouhi Entre Foucault et Derrida: le sort d’un énoncé cartésien

16 h 00 Dominique Maingueneau Détachement et surassertion. La formule philosophique et son commentaire professoral


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search